La Défense a été avertie de la désuétude de ses deux navires de ravitaillement

OTTAWA – La Défense nationale avait été avertie un an avant l’incendie dévastateur à bord du NCSM Protecteur que le système électrique, les contrôles du moteur principal et le système de navigation des deux navires de ravitaillement de la marine achevaient leur durée de vie utile et risquaient de subir des pannes catastrophiques.

Cette évaluation inhabituellement directe est contenue dans une note préparatoire confidentielle de quatre pages rédigée par l’ancien commandant de la marine canadienne alors qu’il s’apprêtait à prendre sa retraite l’année dernière.

Le document, rédigé par le vice-amiral Paul Maddison, a été préparé alors que le gouvernement Harper tentait de déterminer si les navires de remplacement promis il y a longtemps auraient la priorité sur un nouveau brise-glace lourd au chantier naval désigné pour les construire à Vancouver.

Le vice-amiral Maddison a noté que les groupes électrogènes des deux navires de ravitaillement montraient des signes de vieillissement et que les pièces de rechange n’étaient plus disponibles pour le NCSM Protecteur et le NCSM Preserver. Le remplacement des deux navires a été ordonné il y a dix ans par l’ancien gouvernement libéral.

Il y a eu des pannes de turbogénératrice qui ont causé une coupure de courant dans l’ensemble des navires et une perte de propulsion, créant des conditions «dangereuses» pour un navire en mer, a notamment écrit M. Maddison.

La marine a indiqué jeudi qu’elle enquêtait toujours sur l’incendie du 27 février dans la salle des machines du NCSM Protecteur, qui a laissé le navire en flammes, sans électricité et à la dérive pendant 11 heures au large d’Hawaï.

Mais «les récits de première main des témoins et des premiers répondants indiquent que l’incendie pourrait s’être déclenché dans l’une des génératrices dans la salle des machines».

L’armée n’a pas voulu dire à quel moment l’enquête serait complétée.

L’incendie a légèrement blessé 20 membres de l’équipage du navire. L’incident s’est produit alors que le NCSM Protecteur, en service depuis 1969, était remorqué d’abord vers Pearl Harbor, puis vers son port d’attache à Equimalt, en Colombie-Britannique.

«Ce sont les plus vieux navires (de la marine canadienne) et ils ont dépassé depuis longtemps leur durée de vie d’origine de 25 ans», a écrit le vice-amiral Maddison dans la note préparatoire, que La Presse Canadienne a obtenue en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.