La fumée provenant des États-Unis calme les incendies en Colombie-Britannique

KAMLOOPS, C.-B. – La fumée provenant d’incendies de forêt dans l’État de Washington pose des problème de visibilité et de qualité de l’air en Colombie-Britannique, mais aide également la province à lutter contre ses propres incendies.

Un épais voile de fumée sur certaines communautés du sud de la Colombie-Britannique agit en effet comme un couvert nuageux et contribue à calmer les brasiers, a expliqué Kevin Skrepnek, un agent d’information sur les incendies.

La fumée absorbe une partie de la chaleur qui, sans elle, atteindrait le sol. Le nuage emprisonne aussi un peu d’humidité.

Dix nouveaux incendies ont été découverts au cours du weekend, une diminution importante par rapport à certains jours de juillet et du début d’août.

C’est une bonne nouvelle, mais il est trop tôt pour proclamer la fin de la saison des incendies, a affirmé M. Skrepnek.

La province a dépensé 233 millions $ depuis le début de l’année pour combattre 1753 feux, dont environ 180 sont actifs.

Un incendie continue de faire rage à Stickpin, dans l’État de Washington, à environ 4,5 kilomètres au sud de la frontière. La Colombie-Britannique a d’ailleurs envoyé du personnel aux États-Unis, dimanche, pour aider à combattre le brasier de 192 kilomètres carrés. Un avion-citerne pourrait aussi être déployé.

Ce weekend, Environnement Canada a prononcé des alertes de qualité de l’air dans le sud de la province à cause des incendies de Washington.

Laisser un commentaire