La ministre Finley fait valoir les achats militaires à l’approche des élections

OTTAWA – La ministre fédérale des Travaux publics, Diane Finley, a profité d’un discours devant des acteurs de l’industrie de la défense, jeudi, pour faire valoir les actions récentes du gouvernement dans l’approvisionnement militaire à l’approche des élections automnales.

Dans le cadre d’un événement commercial militaire, Mme Finley a indiqué que l’armée prendrait possession de son premier hélicoptère Cyclone le mois prochain, du constructeur américain Sikorsky — une division de United Technologies.

Cela marquera le début de la fin du remplacement des hélicoptères Sea King, une longue saga d’approvisionnement militaire ayant alimenté les débats politiques et s’étant étendue sur plusieurs décennies et plusieurs changements de gouvernement depuis les années 1990.

Mais les propos de Mme Finley étaient clairement destinés au public en général, dans une tentative de positionner le Parti conservateur comme étant celui qui peut livrer de l’équipement pour l’armée et des emplois pour les entreprises canadiennes.

Elle a affirmé que l’octroi d’un contrat pour un camion blindé pour l’armée aurait également lieu cet été, de même que la première phase du Projet d’équipement intégré du soldat (PEIS) — des améliorations technologiques conçues pour améliorer la capacité d’anticipation du soldat sur le terrain. En plus, Mme Finley a fait valoir que la construction du premier navire de patrouille extracôtier de l’Arctique à Halifax s’amorcerait cet été, ainsi que celle d’un navire de recherches du ministère des Pêches et des Océans à Vancouver.

La ministre a repris l’expression «décennie de noirceur», d’abord utilisée par l’ancien chef d’état-major Rick Hillier pour décrire le manque de dépenses des libéraux en défense avant l’arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006.

«Après une décennie de noirceur sous le précédent gouvernement libéral, notre gouvernement conservateur a pris la décision de réaliser le plus important investissement dans nos forces armées en un siècle», a-t-elle déclaré à l’assistance de plusieurs centaines d’acteurs de l’industrie de la défense — un groupe pressé d’entendre comment le gouvernement prévoit corriger un système d’approvisionnement militaire dysfonctionnel.