La moitié des déclarations d’un adolescent sont jugées inadmissibles

MONTRÉAL – Une décision importante a été rendue vendredi au procès d’un adolescent montréalais accusé d’activités terroristes quand la Chambre de la jeunesse a jugé que plus de la moitié de la déclaration du jeune est tout simplement inadmissible.

Plusieurs des révélations troublantes qu’a faites le jeune homme le soir du 20 octobre dernier aux enquêteurs ne pourront être déposées en preuve.

Il s’agissait en fait des segments les plus incriminants pour le suspect qui fait face à deux accusations, soit celle d’avoir commis un vol qualifié au profit d’une organisation terroriste et celle d’avoir voulu quitter le Canada afin de participer aux activités d’un groupe terroriste.

Ainsi, les déclarations voulant qu’il soit en accord avec l’attentat terroriste commis par Martin Couture-Rouleau à Saint-Jean-sur-Richelieu et qu’il lui ait demandé de l’argent devront être écartées.

Le tribunal a expliqué qu’au cours d’un interrogatoire de trois heures, l’adolescent a demandé si son opinion pouvait servir de preuve contre lui, ce à quoi l’enquêteur a répondu non.

La juge Dominique Wilhelmy, de la Chambre de la jeunesse, a donc estimé que les droits de l’adolescent n’ont pas été respectés.

Depuis le début du procès, le jeune homme demeure impassible. Il ne regarde pas son père, présent, qui dit passer des moments difficiles.

Le père avait alerté les policiers en 2014, pensant que son fils s’était radicalisé.

L’adolescent avait 15 ans au moment des faits reprochés. Il en a maintenant 16.

(Collaboraion de Cogeco Nouvelles)

Laisser un commentaire