La police abat un ours noir dans une banlieue paisible de Toronto

NEWMARKET, Ont. – Un ours noir qui se baladait depuis la fin de semaine dans les cours arrière d’un quartier résidentiel du nord de Toronto a été tué par la police, lundi matin, ce qui a provoqué un petit tollé sur les médias sociaux.

La Police régionale de York a justifié son geste intempestif en indiquant que ses agents, qui ne disposent pas d’armes tranquillisantes ou d’autres moyens de maîtriser un animal sauvage, n’avaient eu d’autre choix que d’abattre l’animal, qui menaçait la sécurité des résidants de Newmarket.

L’animal était alors pris en souricière dans la cour arrière d’une résidence.

L’ours s’est cependant mis à descendre d’un arbre et les policiers ne pouvaient plus attendre l’arrivée des agents du ministère des Ressources naturelles, a indiqué le corps policier sur son compte Twitter.

Avant d’abattre l’animal, la police avait en effet indiqué qu’elle attendait l’arrivée d’agents de la faune.

Au ministère, on indique cependant que des agents sont arrivés sur place aussitôt qu’ils ont pu, vers 6 h 20. Mais comme la bête ne peut être visée par une flèche tranquillisante si elle n’est pas immobile, et puisque l’ours a commencé à descendre d’un arbre, la police a pris la décision de l’abattre, pour assurer la sécurité des résidants, a raconté John Almond, superviseur au ministère.

«C’est leur décision», a précisé M. Almond.

Cette initiative a soulevé de nombreuses critiques sur les médias sociaux, notamment parce que l’ours se baladait dans le secteur depuis plus de 24 heures et qu’on n’avait pas réagi plus tôt.

D’autres sont toutefois venus à la rescousse des policiers, rappelant que la sécurité des humains doit primer dans de tels cas — et que les enfants devaient se rendre à l’école lundi matin.

La Police régionale de York avait reçu des appels samedi dernier concernant un ours qui se promenait dans un autre secteur de Newmarket, puis de nouveaux appels dimanche.