La répartition régionale des nouveaux immigrants au Canada change

MONTRÉAL – Au cours de la décennie des années 2000, la proportion d’immigrants qui prévoyaient s’établir à Toronto est passée de la moitié au tiers. Et, pendant cette période, la part de ceux qui voulaient s’établir à Montréal a légèrement augmenté, passant de 12,5 à 16,6 pour cent.

Dans une note publiée mercredi, Statistique Canada indique que le portrait de la répartition régionale des nouveaux immigrants au pays s’est modifié durant cette décennie pour plusieurs raisons, parmi lesquelles des changements dans les programmes d’immigration, des changements dans les pays d’origine et des variations dans la situation économique des provinces.

Ainsi, en 2000, 48 pour cent es nouveaux immigrants prévoyaient s’établir à Toronto. En 2012, ils n’étaient plus que 33 pour cent.

Les Prairies ont gagné au change, toutes proportions étant relatives. Ainsi, pendant cette période, la proportion des nouveaux immigrants qui voulaient s’établir en Alberta est passée de 6,3 à 11,6 pour cent. La part de ceux qui prévoyaient s’établir au Manitoba est passée de 2 à 5,6 pour cent et la part de ceux qui choisissaient la Saskatchewan de 0,8 à 2,7 pour cent.

Vancouver est restée à peu près stable, passant de 14,6 à 13,3 pour cent.

Les programmes des candidats des provinces peuvent avoir influencé ces mouvements, de même que la modification des pays d’origine. Statistique Canada souligne d’ailleurs que la concentration des groupes d’immigrants a varié à Montréal, Toronto et Vancouver.

Laisser un commentaire
Les plus populaires