La réserve de Shoal Lake no. 40 sur le point d’obtenir la route tant attendue

WINNIPEG – Une réserve faisant l’objet de l’un des avis d’ébullition les plus longs de l’histoire du Canada devrait finalement obtenir l’annonce officielle, jeudi, de la construction d’une route qui la sortira de son isolement à la frontière entre l’Ontario et le Manitoba.

Les trois ordres de gouvernement doivent annoncer officiellement leur engagement à construire une route quatre saisons pour relier la réserve isolée de Shoal Lake no. 40 au continent.

La réserve a été pratiquement coupée du monde il y a un siècle lors de la construction d’un aqueduc amenant de l’eau fraîche à Winnipeg. Les inspecteurs à cette époque affirmaient que la terre était largement inhabitée «à l’exception de quelques Indiens».

Tandis que l’eau potable continue de couler vers la capitale du Manitoba, la réserve de plusieurs centaines d’habitants est sous le coup d’un avis d’ébullition depuis 18 ans.

Le chef Erwin Redsky a affirmé que la plupart des résidants devraient se réunir au parlement au Manitoba — aux côtés de la ministre fédérale des Affaires autochtones, du premier ministre du Manitoba et d’un responsable de la Ville de Winnipeg — pour assister à ce qu’il a qualifié de jour historique.

Des résidants ont affirmé que la «Route de la liberté» constituait à la fois une amorce concrète et symbolique pour corriger le mal fait il y a un siècle. M. Redsky a dit croire qu’elle sauverait aussi des vies. Les gens demeurant sur la réserve font usage l’hiver d’une traître route glacée, et des habitants sont morts en chutant sous la glace.

«Ce sera un sentiment merveilleux lorsque le jour viendra où nous pourrons véritablement prendre notre voiture 365 jours par année jusqu’à notre porte d’entrée, a dit M. Redsky. Ce n’est que la première étape sur la route de la réconciliation.»

Laisser un commentaire