La SOPFEU n’est pas débordée au Québec et peut prêter main-forte dans l’Ouest

MONTRÉAL – L’Ouest canadien peut profiter des largesses de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) car les brasiers se font plus rares et moins destructeurs qu’à l’habitude au Québec.

Selon l’agente d’information de la SOPFEU, Éloïse Richard, son organisation a recensé 280 incendies au Québec en 2015, alors que la moyenne à cette époque-ci de l’année est plutôt de 362.

Elle a ajouté que généralement, à pareille date, une surface de près de 98 000 hectares de forêt a déjà été ravagée par les flammes. Or, la superficie de bois parti en fumée depuis le début de 2015 correspond à un peu plus de 382 hectares.

Mme Richard a spécifié que ces reculs notables sont largement imputables au fait que, dans un passé récent, il y a régulièrement eu des précipitations au Québec.

Vu la tranquillité qui prévaut actuellement dans la province, des effectifs de la SOPFEU sont toujours en mission dans les Prairies et en Colombie-Britannique.

L’organisation a dépêché une quarantaine de personnes au Manitoba. De plus, un mécanicien et un officier à l’information se trouvent en sol britanno-colombien.

Mme Richard a précisé que les autres provinces de l’Ouest canadien ne sont pas en reste puisqu’elles ont droit à des prêts d’avions-citernes de la SOPFEU.

Quatre de ces appareils sont à l’oeuvre en Saskatchewan, tandis qu’il y en a deux autres en Alberta.

Laisser un commentaire