L’activité sexuelle ne cause presque jamais de crise cardiaque

MONTRÉAL – L’activité sexuelle ne cause pratiquement jamais d’infarctus du myocarde et la plupart des gens qui souffrent d’une maladie cardiaque peuvent reprendre leurs activités sexuelles en toute sécurité après en avoir subi un, affirme une étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology.

L’étude précise que l’effort associé à l’activité sexuelle est comparable à celui d’une marche rapide ou de deux étages grimpés à pied.

Les chercheurs ont étudié l’activité sexuelle au cours des 12 derniers mois de 536 patients âgés de 30 à 70 ans et atteints d’une maladie cardiaque.

Moins de 15 pour cent des sujets n’ont témoigné d’aucune activité sexuelle au cours de l’année précédente, comparativement à un quart qui ont affirmé avoir été actifs moins d’une fois par semaine et 55 pour cent au moins une fois par semaine.

Pendant 10 ans de suivi, 100 incidents cardiovasculaires indésirables ont été notés chez les participants, mais l’activité sexuelle n’a pas été associée à ces incidents.

Seulement 0,7 pour cent des sujets qui ont subi une crise cardiaque avaient été actifs sexuellement au cours de l’heure précédente. En comparaison, 78 pour cent ont dit que leur dernière activité sexuelle s’était produite 24 heures et plus avant leur crise cardiaque.

Laisser un commentaire