L’actuelle saison de motoneige a été ponctuée par plusieurs drames au Québec

MONTRÉAL – Le secteur de la motoneige a dû composer avec de nombreuses tragédiescette saison.

Vendredi, un 27e motoneigiste a péri à la suite d’un accident survenu dans la région de Lanaudière. Son identité a été dévoilée le lendemain. Il s’agit de Serge Bruneau, un homme de 62 ans de Pointe-Calumet, dans les Laurentides.

Depuis le commencement de la campagne 2014-2015, pas moins de 26 autres personnes pratiquant le même loisir que ce sexagénaire ont connu une fin tragique uniquement dans les zones desservies par la Sûreté du Québec (SQ).

Selon la SQ, la situation n’avait pas été aussi dramatique en 2013-2014 alors que 15 morts avaient été recensées sur le territoire couvert par ce corps de police.

Le président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), Serge Ritcher,a avancé quelques hypothèses pouvant expliquer la hausse.

Selon lui, en raison des froids exceptionnels du mois de février et du faible accumulation de neige, les sentiers sont restés glacés. En conséquence, le contrôle est plus difficile surtout quand on entre dans les courbes.

À son avis, la combinaison de ces facteurs «a rendu la conduite plus dangereuse» et a provoqué son lot de tragédies.

«Quand on regarde le bilan actuel, c’est sûr que c’est un choc», a reconnu M. Ritcher.

Du même souffle, il a, cependant, relativisé son commentaire.

«On sait qu’il y a plus de 180 000 motoneiges immatriculées au Québec, que la province est une destination pour nos voisins de l’Ontario ainsi que pour nos amis qui viennent des États-Unis. Il y a beaucoup, beaucoup de gens sur nos 32 000 kilomètres de sentier.»

Serge Ritcher est convaincu que plusieurs de ces amateurs de plein-air voudront sans doute continuer de circuler tant et aussi longtemps que dame Nature collaborera. Il leur a servi des mises en garde.

«On a déjà eu des redoux. La circulation sur l’eau risque d’être problématique. Soyez prudents. Observez les limites de vitesse et surtout respectez vos capacités», a-t-il martelé.

L’organisation de M. Ritcher entend continuer de livrer inlassablement ces messages de sensibilisation dans le futur. D’ailleurs, pendant la saison prochaine, une démarche particulière sera déployée pour les diffuser à grande échelle. «Une campagne spéciale de publicité va être conçue pour pousser les gens à avoir une conduite irréprochable (…) pour leur faire comprendre que les sentiers ne sont pas des pistes de course », a-t-il illustré.

Il a précisé que la FCMQ ne misera pas exclusivement sur une sensibilisation accrue en 2015-2016.

«Les agents de surveillance de la Fédération seront beaucoup plus présents (…). On va passer de 100 à 200 patrouilleurs qui auront le pouvoir d’émettre des contraventions et qui vont venir épauler les équipes de la Sûreté du Québec», a-t-il conclu.