L’amendement du Bloc québécois sur le vote à visage découvert a été rejeté

OTTAWA – Les citoyens pourront continuer à voter à visage couvert aux élections fédérales: la tentative du Bloc québécois pour qu’il soit interdit a été rejetée.

Le Bloc avait présenté un amendement en ce sens pour modifier le controversé projet de loi C-23 des conservateurs sur la réforme électorale.

Le vote sur l’amendement a eu lieu mercredi soir, lors d’une séance du comité qui étudie article par article C-23.

Tous les autres partis ont voté contre la proposition bloquiste qui cherchait à rendre obligatoire le vote à visage découvert, comme c’est déjà le cas au Québec.

Pour le Bloc, la raison de cet amendement est simple: il faut que les travailleurs aux élections puissent constater si la personne qui se présente au bureau de vote est bien la personne inscrite au registre électoral.

Ce n’était pas la première fois que le Bloc québécois mettait pareille proposition de l’avant: il avait présenté un projet de loi en 2007 et n’avait pas abandonné l’idée depuis.

Et les conservateurs avaient été plutôt favorables à l’idée dans le passé. Ils avaient inclus une promesse en ce sens dans le discours du Trône de 2007 de Stephen Harper sur «l’identification visuelle des électeurs», et avaient ensuite déposé des projets de loi, depuis morts au feuilleton. Malgré cela, le gouvernement Harper a choisi de ne pas inclure cette mesure dans C-23.

Pour le député bloquiste André Bellavance, les conservateurs ont changé de cap pour des raisons électoralistes.

Il explique qu’en 2007 et en 2011, lors des dernières tentatives du gouvernement conservateur de proposer le vote à visage découvert, le Canada était à la veille d’une élection et il avait voulu plaire au Québec.

«Depuis, ils se sont rendu compte qu’ils peuvent être un gouvernement majoritaire sans le Québec», explique M. Bellavance. Alors, plus besoin de faire des efforts pour le Québec.

L’étude en comité de C-23, qui continue d’attirer les critiques, se termine jeudi.