L’AMF lance une mise en garde contre la monnaie virtuelle bitcoin

MONTRÉAL – L’inauguration, mercredi à Montréal, du tout premier guichet de monnaie virtuelle «bitcoin» au Québec amène l’Autorité des marchés financiers (AMF) à lancer quelques mises en garde et à inviter les Québécois à faire preuve de prudence face à ce nouvel outil financier.

Le bitcoin est une monnaie qui n’existe qu’en ligne et qui peut être obtenue contre de l’argent comptant. Par la suite, elle peut servir pour réaliser des transactions qui ont l’avantage d’être complètement anonymes. Certains commerces acceptent déjà des bitcoins.

Cependant, l’AMF avertit les citoyens que les transactions impliquant la monnaie virtuelle ne sont pas couvertes par le Fonds d’indemnisation des services financiers ni par le Fonds d’assurance-dépôts. En d’autres termes, une perte en bitcoins est une perte sèche non couverte par les régimes destinés à protéger les épargnants et clients bancaires.

Par ailleurs, l’AMF note que la monnaie virtuelle, en raison de l’anonymat des transactions et le faible coût de son usage, ouvre grande la porte à des fraudes, notamment des combines à la Ponzi.