L’Association des pompiers dénonce le geste «illégal» du maire Coderre

MONTRÉAL – L’Association des pompiers de Montréal fait une sortie pour le moins inusitée contre le maire de Montréal, Denis Coderre, au lendemain du démantèlement, par ce dernier, d’une dalle destinée à recevoir une boîte postale dans un parc.

Dans un communiqué publié vendredi après-midi, le président de l’Association, Ronald Martin, s’est dit outré de voir le premier magistrat poser un geste «qui pourrait être interprété comme un méfait public, un acte de vandalisme ou encore une atteinte au bien public en vertu des lois criminelles».

Le leader syndical rappelle que «l’administration du maire Coderre n’avait pas hésité à porter plainte devant les tribunaux de juridiction criminelle contre plusieurs dizaines de pompiers» au lendemain du saccage de l’hôtel de ville, le 18 août 2014, faisant du coup un lien pour le moins discutable entre les deux événements.

Qu’importe, M. Martin reproche au maire Coderre d’avoir agi «unilatéralement et probablement illégalement» et de s’être fait justice lui-même, un comportement qu’il qualifie «d’inacceptable».

Poussant la logique jusqu’à l’absurde, le président de l’Association des pompiers se demande ironiquement si le maire Coderre demandera au Service de police de la Ville de Montréal «de déclencher une enquête policière sur lui-même pour avoir ainsi démoli ladite dalle à coups de marteau pneumatique».

M. Martin conclut cette étonnante sortie en décrivant le geste du maire Coderre comme «du bien mauvais vaudeville, du grand guignol même».

Laisser un commentaire