Autoroute 40 rouverte après la chute de béton sur le viaduc Henri-Bourassa

MONTRÉAL – Le viaduc Henri-Bourassa, à Montréal, sera fermé pendant une partie de la nuit de lundi à mardi pour permettre aux experts du ministère des Transports de procéder à l’inspection de la structure, dont certains morceaux de béton des gardes-corps s’étaient détachés pendant la matinée.

Ils vérifieront l’ensemble de la structure, ses façades est et ouest de même que la desserte, a assuré la porte-parole du ministère des Transports Sarah Bensadoun.

Mme Bensadoun a dit que «tous les morceaux susceptibles de tomber sur la chaussée ont été enlevés (et) la structure a été sécurisée. La circulation est rouverte «pour l’instant». Elle a ajouté que des filets de sécurité pourraient être installés par la suite si les ingénieurs le jugeaient nécessaire.

Plus tôt dans la journée, des morceaux de béton s’étaient détachés des garde-corps situés au-dessus de l’autoroute 40 Ouest, ce qui a entraîné une série d’incidents sous le viaduc.

Une voiture a été abîmée par ces morceaux de béton qui se sont effrités. Plusieurs autres véhicules ont subi des dommages, principalement des crevaisons, en raison des débris qui se trouvaient sur le sol.

Des experts du ministère des Transports et des policiers ont été dépêchés sur les lieux pour déterminer la nature et l’origine exacte de ces débris.

«On ne parle pas de fondations, les pièces qui sont tombées n’étaient pas essentielles à la structure, c’est plutôt esthétique», a expliqué Mme Bensadoun.

Le redoux n’est peut-être pas étranger à cet incident mais il faudra tout de même poursuivre l’enquête, a-t-elle ajouté. Le détachement de ce revêtement pourrait aussi avoir été causé par de la corrosion interne.

Les autres viaducs de la métropole qui présentent le même type de construction feront eux aussi l’objet de vérifications au cours des prochains jours, a indiqué Mme Bensadoun.

Au moment de l’incident, il n’y avait pas de travaux en cours sur cette infrastructure dont la dernière inspection a été menée en 2012. Selon le calendrier du ministère des Transports, une nouvelle inspection devait avoir lieu en 2014 et des travaux devaient s’y tenir dans un horizon de moins de cinq ans.

«Les inspections générales sont des inspections de fond en comble, les fondations, côtés intérieur et extérieur seront vérifiés. Nous sommes en train de planifier le type de travaux que nous devrons y apporter une fois l’évaluation complétée», a ajouté la porte-parole.

Les plus populaires