Le Barreau et la bâtonnière ne parviennent par à un règlement à l’amiable

MONTRÉAL – Le Barreau du Québec et la bâtonnière Lu Chan Khuong ne sont pas parvenus à s’entendre à l’amiable pour éviter de se rendre devant les tribunaux, ont-ils annoncé mardi par voie de communiqué.

Me Khuong avait intenté une poursuite contre plusieurs administrateurs du Barreau après avoir été suspendue au début du mois de juillet, à la suite de la publication d’un reportage révélant qu’elle avait fait l’objet d’une plainte policière pour vol à l’étalage en avril 2014.

Les deux parties avaient entamé des négociations le 30 juillet, «mais il reviendra aux tribunaux de trancher sur la question», a affirmé Me Louis-François Asselin, vice-président du Barreau, dans un communiqué.

Me Khuong déposera le 20 août prochain au palais de justice de Québec une requête d’ordonnances de sauvegarde — une sorte d’injonction urgente dont la nature n’a pas été précisée dans les deux communiqués. Le conseil d’administration, qui enquêtait sur l’affaire, interrompra ses travaux jusqu’à ce que la requête soit traitée.

Le Barreau demande d’ailleurs à Me Khuong de «répondre avec transparence et dans les meilleurs délais» aux questions de l’ordre et du public liées à l’affaire.

Au début du mois de juillet, le quotidien La Presse avait fait état d’un dossier de traitement non judiciaire relativement à une infraction commise par la bâtonnière Khuong, soit un vol à l’étalage concernant des jeans dans un magasin. En acceptant que son dossier soit déjudiciarisé, elle avait évité des accusations criminelles ainsi que la tenue d’un procès.

Élue le 22 mai dernier avec l’appui de 63 pour cent des membres du Barreau, Me Khuong s’est fait intimer l’ordre de démissionner par le conseil d’administration dès le 1er juillet. Me Khuong avait refusé de quitter son poste et est, depuis, suspendue.