Le blogueur Raïf Badawi recevra des coups de fouet «bientôt», selon sa femme

Le blogueur saoudien Raïf Badawi recevra sa deuxième série de coups de fouet «bientôt», a annoncé son épouse Ensaf Haidar, qui dit avoir été informée d’une source bien au fait du dossier.

Mme Haidar, qui est réfugiée à Sherbrooke avec ses trois enfants, a écrit dans une lettre publiée mardi sur le site de la Fondation Raïf Badawi que les autorités saoudiennes «avaient donné le feu vert» pour que sa peine de 1000 coups de fouet soit remise à exécution.

M. Badawi a été arrêté il y a trois ans et condamné à dix ans de prison, en plus des coups de fouet, notamment pour avoir critiqué l’islam et les autorités du Royaume saoudien.

Pour l’instant, il n’a subi qu’une seule séance de coups de fouet au mois de janvier. Les autres qui étaient prévues ont été reportées en raison de son état de santé.

Mme Haidar se dit stupéfaite de cette nouvelle puisque l’affaire serait encore devant les tribunaux — la Cour suprême de l’Arabie saoudite serait en train d’examiner son cas, selon une source au ministère saoudien de la Justice et un représentant du ministère britannique des Affaires étrangères.

L’épouse du blogueur a également interpellé le premier ministre désigné Justin Trudeau pour lui «rappeler sa promesse» d’appuyer M. Badawi et d’assurer sa libération. Elle lui a demandé de lui délivrer un passeport immédiatement pour qu’il puisse rejoindre sa famille au Québec.

Les partis d’opposition, dont le Parti libéral de M. Trudeau, avaient vertement critiqué le gouvernement conservateur sortant pour la gestion de ce dossier.