Le Bluenose II devrait hisser les voiles au début de l’été, promet le ministre

HALIFAX – Avec quatre ans de retard dans son calendrier de restauration, la réplique du célèbre voilier Bluenose devrait hisser à nouveau les voiles au début de l’été, a promis jeudi le ministre des Transports de la Nouvelle-Écosse.

Geoff MacLellan a indiqué que les équipes de restauration avaient complété la moitié des quelque 25 tâches à accomplir avant que puisse naviguer à nouveau la goélette de pêche, dont l’effigie est frappée sur les pièces de 10 cents. On s’attèle actuellement à respecter les normes mises en places par le Bureau américain de navigation, a dit le ministre.

M. MacLellan a promis qu’il serait présent à Lunenburg, la semaine prochaine, afin de rencontrer pour la première fois l’équipage du Bluenose II. Le coût du projet de restauration tourne toujours autour de 20 millions $, plus 5 millions $ toujours en litige, a soutenu le ministre.

Plus tôt cette année, le vérificateur général de la Nouvelle-Écosse a conclu que le projet pourrait coûter à la province trois fois plus que prévu à l’origine, parce que le ministère du Patrimoine n’a pas respecté des pratiques de base en gestion — manque de planification et de supervision, notamment.

Lorsque le projet de restauration avait été annoncé par Ottawa et la province, en 2009, le budget était établi à 14,4 millions $, la moitié devant provenir du programme fédéral d’infrastructures. Mais Ottawa n’aura versé finalement que 4 millions $, car le projet n’a pu respecter les échéanciers fixés.

La goélette de 300 tonnes, mesurant 43 mètres, avait été mise à l’eau à Lunenburg en 1963. Il s’agit d’une réplique du Bluenose, une goélette de pêche construite en 1921 qui a navigué dans les Grands Bancs de Terre-Neuve, et qui a attiré les regards pour sa silhouette gracieuse et les vitesses qu’elle pouvait atteindre. Elle a d’ailleurs remporté plusieurs compétitions de bateaux de pêcheurs sur la côte est.

Le navire a coulé au large d’Haïti en 1946 après avoir touché des récifs de corail.

Laisser un commentaire
Les plus populaires