Le Canada français serait-il trop absent des fêtes du 150e de la fédération?

OTTAWA – En vue des célébrations du 150e anniversaire du Canada, le ministère du Patrimoine étudie une variété d’événements et de personnages qui pourraient être commémorés à compter de 2017 — une liste qui comprend plusieurs hommages aux Premières Nations mais qui fait bien peu de cas de la nation québécoise, estime un professeur d’histoire de l’Université Guelph.

Dans un rapport remis en mars dernier, dont La Presse Canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, des hauts fonctionnaires suggèrent notamment que l’on souligne les contributions des Premières Nations, le centième anniversaire, en 2018, du droit de vote des femmes au fédéral, l’abolition de l’esclavage au Canada (il y a près de 200 ans) ou le 75e anniversaire des camps où avaient été internés les Canadiens d’origine japonaise pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Aucune décision n’a encore été prise et le ministère a refusé de commenter la liste de suggestions pour 2017 et les années à venir.

On recommande aussi de souligner la fondation de Montréal et l’adoption de la Loi sur les langues officielles, mais selon le professeur Matthew Hayday, ce ne sont pas là des contributions marquantes du Canada français à la fédération.

L’universitaire, qui étudie la façon dont les Canadiens soulignent leur histoire et leur culture, estime que les fonctionnaires fédéraux ont évité des épisodes litigieux de l’histoire du Canada français, alors qu’ils ont suggéré d’honorer des Autochtones qui se sont pourtant battus contre les programmes fédéraux d’assimilation.

M. Hayday estime qu’il est normal qu’un gouvernement veuille célébrer une histoire rassembleuse, en omettant les éléments les plus conflictuels.

«Mais il est intéressant de constater ici qu’on a voulu évoquer volontiers l’histoire parfois tendue avec les Premières Nations, mais beaucoup moins celle avec le Canada français ou le Québec», a-t-il soutenu.

La liste des fonctionnaires aborde toujours, par ailleurs, les thèmes chers au gouvernement conservateur sortant: l’effort de guerre du Canada et la souveraineté de l’Arctique.

Ces choix pourraient cependant changer avec l’arrivée des libéraux à Ottawa. La création du programme national d’assurance-maladie, en 1966, ou le 60e anniversaire du prix Nobel de la paix remis en 1957 au futur premier ministre libéral Lester B. Pearson, pour la création des Casques bleus de l’ONU, risquent bien de s’ajouter à la liste, croit le professeur Hayday.

Les libéraux pourraient même décider d’honorer un député actuel, Marc Garneau, devenu en 1984 le premier astronaute canadien de l’histoire. La liste actuelle suggérait quant à elle de souligner le 25e anniversaire, en 2020, du premier séjour d’un Canadien, Chris Hadfield, à bord de la Station spatiale internationale.

Laisser un commentaire