Le chef de l’opposition à Longueuil est victime d’intimidation dans son bureau

LONGUEUIL, Qc – Robert Myles, le chef de l’opposition à Longueuil — et seul conseiller élu sous une bannière autre que celle de la mairesse Caroline St-Hilaire — se dit victime d’intimidation à la suite d’un incident survenu ce week-end.

M. Myles s’est présenté dans son nouveau bureau samedi matin, après en avoir reçu les clés vendredi d’un contremaître de la Ville, pour y découvrir un gros napperon en forme d’os sur lequel était écrit «woof» et deux sacs de biscuits pour chiens.

«Là, je me suis demandé: c’est quoi cette maudite affaire-là?» a déclaré M. Myles en entrevue à La Presse Canadienne, lundi.

Il a expliqué que, lors de la dernière séance du conseil municipal, il avait promis de défendre les droits des citoyens de Longueuil «comme un chien de garde».

«Et là, je trouve ça dans mon bureau! C’est de l’intimidation pure et simple. Je ne sais pas qui a fait ça mais j’ai demandé à madame la mairesse (Caroline St-Hilaire) d’essayer de calmer la situation un peu parce que je trouve ça ridicule.»

Le bureau de Mme St-Hilaire n’a pas encore réagi à cette demande.

Robert Myles, qui est également président de l’arrondissement de Greenfield Park, a vu son bureau être localisé dans l’édifice municipal de cet arrondissement.

La semaine dernière, il s’était vu refuser le bureau du chef de l’opposition sortant dans l’hôtel de ville de Longueuil. C’est à ce moment qu’il avait fait une sortie publique, promettant d’être le «chien de garde» des citoyens.

Robert Myles n’a pas porté plainte à la police mais n’écarte pas la possibilité de le faire.

Un porte-parole de la Ville de Longueuil a indiqué pour sa part que le directeur général de la Ville avait indiqué à M. Myles qu’il devait voir, avec les nouveaux employés, quels seraient les besoins et disponibilités de locaux avant de lui octroyer le bureau du chef sortant de l’opposition, dans les locaux de l’hôtel de ville, chemin de Savane à Longueuil.