Français: Couillard convaincu que la situation s’améliore au Québec

LACHUTE, Qc – Le visage du français du Québec s’est amélioré au cours des dernières années selon Philippe Couillard, qui ne voit pas l’utilité d’adopter davantage de mesures coercitives afin d’en assurer sa pérennité.

Critiqué depuis les commentaires qu’il a faits sur le français lors du deuxième débat télévisé des chefs, jeudi, le chef du Parti libéral du Québec a affirmé, dimanche, qu’il ne voyait pas la pertinence de donner plus de mordant à la loi 101, adoptée en 1977.

«La loi 101, sur le plan législatif, a atteint l’équilibre linguistique, a dit M. Couillard, en marge d’un rassemblement militant dans la circonscription d’Argenteuil, à Lachute. Je ne crois pas que cela aiderait l’harmonie sociale.»

Le chef libéral, qui estime que l’approche péquiste — qui veut renforcer la Charte de la langue française — ne se traduira que par des lois et règlements plus sévères, désire continuer à préconiser les mesures volontaires ainsi que l’application telle quelle de la loi 101.

«Notre approche est basée d’abord sur l’application rigoureuse de la loi 101 telle qu’elle existe, a dit M. Couillard. Deuxièmement, ce sont les mesures d’accompagnement et de promotion.»

Lorsque les journalistes lui ont souligné que certaines études faisaient état d’un recul du français, notamment à Montréal, le chef libéral a répliqué en étalant son raisonnement sur la question.

«Les nouveaux arrivants adoptent le français dans une plus grande proportion comme langue dans l’espace public, a-t-il dit. Leurs enfants vont à l’école française. Le visage français du Québec, croyez-moi, il s’est vraiment amélioré depuis les dernières années.»

Une étude de l’Office québécois de la langue française publiée (OQLF) en 2011 souligne notamment que les personnes qui utilisent le français à la maison pourraient être minoritaires à Montréal en 2031. Des données de 2012 de l’Office, citées récemment par la CSN, avancent que la proportion des personnes travaillant généralement en français a chuté de 73 à 66 pour cent entre 1989 et 2010 au Québec.

Selon M. Couillard, «les études montrent que la loi 101 fonctionne à Montréal».

Des niaiseries

Le chef libéral a par ailleurs été piqué au vif par les critiques de sa rivale péquiste lui reprochant de ne pas avoir suffisamment dénoncé le régime de l’Arabie saoudite, où il y a travaillé.

Selon Pauline Marois, M. Couillard devrait mettre autant d’énergie à critiquer le régime saoudien — qui présente un bilan peu reluisant en ce qui a trait au respect de droits de l’homme — que le projet de charte des valeurs québécoises.

«Quelle niaiserie! Je m’excuse, mais quelle niaiserie de dire une affaire de même (sic)», a déploré le chef libéral.

Le chef libéral, qui a dénoncé le raisonnement de sa rivale péquiste, n’est toutefois pas allé jusqu’à critiquer le bilan social du régime saoudien.

«Comme s’il y avait un Québécois qui trouve acceptables les coutumes sociales de ce pays ou d’autres pays, a dit M. Couillard. C’est un peu comme si quelqu’un vous disait: « je m’en vais travailler au Texas ». Et (que vous lui répondiez) : « Ah, t’es pour la peine de mort d’abord ». C’est tellement ridicule.»

M. Couillard a travaillé en Arabie saoudite comme neurochirurgien de 1992 à 1996 avant d’agir comme conseiller pour le ministre de la Santé du régime au début des années 2010.

Ce dernier en a également profité pour rappeler qu’un gouvernement libéral adopterait très rapidement des mesures visant à encadrer les accommodements raisonnables.

«Ça sera (…) sur l’encadrement des accommodements, garantir les visages découverts, les femmes (ne doivent pas être) cachées, la neutralité de l’État (…) tout ce qui fait consensus.»

M. Couillard a également rappelé qu’il y aurait également des éléments pour lutter contre l’intégrisme dans le projet de loi libéral.

«Ce que le PQ ne fait pas avec sa charte, c’est la lutte contre l’intégrisme, a-t-il dit. On veut le faire. Il y aura des mesures législatives pour lutter contre l’intégrisme.»

Les commentaires sont fermés.

Si on comprends bien, M.Couillard laissera le français s’ éteindre de lui-même…Il faut regarder les offres d’emploi pour réaliser que de plus en plus la langue anglaise devient prioritaire. Le deni ne fera pas avancer personne. Mais, peut-être, est-ce là le but recherché…

Je ne savais pas trop si la situation du français s’améliorait au Québec – Je dormais. Mais chose sûre c’est qu’elle s’effrite dangeureusement dans l’esprit du chef du parti libéral – Je me suis réveillé soudainement.