Le comité britannique sur la sécurité devrait servir de modèle à celui du Canada

OTTAWA – Le ministre de la Sécurité publique affirme que le gouvernement libéral planifie de modeler son futur comité de parlementaires chargé de l’examen d’enjeux liés à la sécurité sur celui qui existe au Royaume-Uni parce qu’il a réussi à garder de l’information secrète à l’abri des regards pendant des années.

Dans une entrevue avec La Presse Canadienne, vendredi, Ralph Goodale a dit qu’il était très important que les secrets liés à la sécurité soient gardés strictement confidentiels.

M. Goodale sera au Royaume-Uni la semaine prochaine pour en apprendre plus au sujet du comité parlementaire britannique sur la sécurité et le renseignement.

Le ministre dit être tout particulièrement intéressé à savoir comment ses membres ont la discipline nécessaire pour éviter de dévoiler des secrets.

M. Goodale espère déposer un projet de loi à la Chambre des communes avant l’été pour créer ce nouveau comité de parlementaires qui auront obtenu les habilitations de sécurité nécessaires.

Le gouvernement conservateur précédent avait résisté à la formation d’un tel comité, suggérant plutôt que des agences indépendantes — et non pas des politiciens partisans — soient responsables de superviser les agences de renseignement.

Vendredi, le premier ministre Justin Trudeau a aussi annoncé par communiqué que David McGuinty, le député libéral d’Ottawa-Sud, assumerait un rôle de direction au sein de ce comité. Il doit jouer un rôle crucial pour aider le gouvernement à atteindre son objectif de renforcer la surveillance de la sécurité nationale, indique le communiqué.