Le CP et le SPVM lancent une enquête criminelle sur le déraillement à Montréal

MONTRÉAL – Le Canadien Pacifique (CP) a annoncé, vendredi, avoir ouvert une enquête criminelle en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal concernant le déraillement de train survenu la veille à Montréal.

L’entreprise ferroviaire a indiqué que cinq wagons plats vides avaient été garés dans une cour de triage de l’est de Montréal depuis décembre 2014.

Le porte-parole Martin Cej a affirmé par courriel que les résultats préliminaires de l’investigation de l’entreprise montraient que ces wagons pourraient avoir été trafiqués, les mettant en route de manière inopinée.

Le CP a affirmé qu’après que les wagons eurent commencé à bouger, un système de sécurité s’est mis en marche et a délibérément fait dérailler les wagons pour empêcher qu’ils s’éloignent davantage de la cour de triage.

Un wagon a endommagé une maison lors du déraillement, jeudi, mais personne n’a été blessé.

Le CP a soutenu que les wagons avaient été garés dans le respect des normes de Transports Canada.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) enquête aussi pour déterminer les circonstances du déraillement, qui est survenu à basse vitesse.