Le deuxième incident impliquant Me Khuong n’est pas pertinent, juge son avocat

QUÉBEC – L’avocat de la bâtonnière Lu Chan Khuong veut faire écarter du dossier le deuxième incident impliquant sa cliente survenu dans un magasin de la chaîne de vêtements Simons, à Sainte-Foy.

Me Jean-François Bertrand a fait savoir mercredi au palais de justice de Québec qu’il s’opposera à la divulgation de la preuve concernant ce deuxième événement évoqué la semaine dernière devant les médias par le procureur du Barreau, Me Raymond Doray.

L’avocat de l’ordre professionnel avait révélé que la maison Simons avait identifié trois témoins pour des incidents impliquant la bâtonnière, deux en lien avec le vol présumé commis à la succursale de Laval en avril 2014 et un autre pour un événement survenu au magasin de Sainte-Foy.

Dans sa requête pour obtenir copie des éléments de preuve, le Barreau souligne que la maison Simons a en sa possession des documents entourant le présumé larcin perpétré au Carrefour Laval «et possiblement des faits similaires survenus dans d’autres succursales antérieurement».

Mais pour l’avocat de la bâtonnière, ces derniers faits allégués «ne sont pas pertinents dans le débat» et plus encore, ils s’inscrivent, selon lui, dans une offensive de «lynchage» de sa cliente.

Après de longs échanges portant sur des points de droit et de sémantique entre les avocats des parties et le juge Marc Paradis de la Cour supérieure, la requête visant à obtenir les éléments de preuve détenus par Simons a été reportée.

Élue au mois de mai dernier, la bâtonnière Khuong a été suspendue par le conseil d’administration du Barreau le 1er juillet après la publication, à la suite d’une fuite, d’un reportage relatant qu’elle avait été interpellée dans une affaire de vol de jeans au magasin Simons de Laval le 17 avril 2014.

Il n’y a pas eu d’accusation dans ce dossier puisque l’affaire a fait l’objet d’un règlement «déjudiciarisé», un règlement en principe confidentiel.

Me Khuong _ qui exige sa réintégration immédiate comme bâtonnière _ a entamé une poursuite en dommages contre les membres du conseil d’administration du Barreau qui ont répliqué par une contre-poursuite.

À couteaux tirés avec les membres du c.a. de l’ordre professionnel, la bâtonnière suspendue jouit de l’appui de ses pairs.

Réunis en assemblée extraordinaire lundi dernier, quelque 1000 avocats présents ont réitéré à 68,5 pour cent leur confiance envers Me Khuong.

Laisser un commentaire