Le fondateur du bikram yoga est accusé d’agressions sexuelles

LOS ANGELES, États-Unis – Le fondateur d’un type de yoga pratiqué dans des pièces surchauffées à travers le monde est accusé d’agressions sexuelles par six femmes.

La plus récente poursuite a été déposée le 13 février à Los Angeles par une Canadienne qui prétend avoir été violée par Bikram Choudhury.

Jill Lawler affirme qu’elle avait pigé 10 000 $ dans les fonds mis de côté pour ses études universitaires afin d’être en mesure d’enseigner la technique de 26 positions à d’autres.

Elle prétend avoir été contrainte d’offrir des massages au maître en écoutant des films tard la nuit. Elle dit aussi avoir été agressée sexuellement à plusieurs reprises.

Bikram Choudhury aurait notamment prétendu être mourant et avoir besoin de relations sexuelles pour demeurer en vie.

Les avocats de Choudhury et du Bikram’s Yoga College of India réfutent toutes les allégations.

Le procureur général de Los Angeles avait refusé de porter plainte contre Choudhury en 2013, faute de preuves.