Le groupe armé État islamique est la menace principale, selon le général Vance

OTTAWA – Le groupe armé État islamique (ÉI) constitue la principale menace contre l’Occident — dont le Canada — selon le nouveau chef d’état-major de la Défense canadienne, Jonathan Vance.

Le général Vance, qui a été assermenté officiellement vendredi à son nouveau poste, a affirmé en entrevue avec La Presse Canadienne que les pays occidentaux se devaient de réagir à l’ascension des extrémistes au Moyen-Orient. Les pays dans la région tentent d’établir des institutions démocratiques et la règle de droit ne peut cohabiter avec les califats, a-t-il constaté.

La position de M. Vance contraste avec celle du prochain président du Comité des chefs d’état-major interarmée aux États-Unis, le général Joseph Dunford, qui a identifié la Russie comme la principale menace résurgente lors de son audience de confirmation devant le Congrès américain, la semaine dernière.

Le général Dunford a décrit le régime du président Vladimir Poutine comme un «pouvoir nucléaire» susceptible d’enfreindre la souveraineté des autres pays. Il a précisé que la Russie était suivie de près par la Chine et la Corée du Nord. Le groupe armé État islamique apparaissait en quatrième place des plus grandes menaces.

Le général Vance n’a pas voulu placer en ordre les menaces pour le Canada. Bien que les ambitions de la Russie en Europe de l’Est demeurent inquiétantes, selon lui, le groupe armé État islamique a démontré sa volonté de perpétrer des attaques en sol canadien, a-t-il rappelé.

La rhétorique du gouvernement Harper vise tant la Russie que le groupe armé ÉI. La vision du général Vance offre donc une perspective intéressante en vue de la prochaine élection fédérale, alors que les enjeux de sécurité nationale risquent d’être au centre des débats.

Le gouvernement Harper risque toutefois d’être questionné également sur son bilan sur le financement de la Défense nationale. Le prédécesseur de M. Vance, le général Tom Lawson, a dû s’adapter à des compressions de quelque 2,5 milliards $ annuellement — et le premier ministre Stephen Harper a envoyé un message clair au nouveau chef de l’armée lors de son assermentation, vendredi.

«Dans les limites des contraintes budgétaires auxquelles nous sommes tous soumis, votre objectif est de maintenir une armée moderne, apte au combat et hautement qualifiée», a déclaré M. Harper.

Lors de l’entretien qui s’est déroulé avant son assermentation, M. Vance s’est dit convaincu que le gouvernement ne «surcharge» pas les forces canadiennes quant à leur engagement sur le plan international.

Le général Vance n’a pas voulu se prononcer sur les conséquences des restrictions budgétaires qui devraient se maintenir malgré la promesse du gouvernement Harper de réinvestir dans l’armée après 2017.

«C’est une discussion difficile à avoir parce qu’on n’est pas certains. On gère les risques pour l’avenir et on limite les budgets pour avoir la capacité nécessaire», a-t-il indiqué.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie