Le journaliste canado-égyptien détenu en Égypte espère être libéré bientôt

LE CAIRE, Égypte – Un journaliste canado-égyptien d’Al-Jazira emprisonné en Égypte a déclaré, mardi, que la libération d’un autre reporter du réseau qatari pour des raisons de santé lui donnait espoir de recouvrer sa liberté sous peu.

Mohammed Fahmy a fait ce commentaire dans un hôpital privé où il a été examiné pour une blessure à l’épaule qui s’est aggravée au cours de ses six mois de détention.

Employé du service arabe d’Al-Jazira, Abdullah Elshamy, âgé de 26 ans, a été accueilli par sa mère, sa femme et ses frères à sa sortie d’un poste de police en banlieue du Caire, mardi.

Le procureur général de l’Égypte avait ordonné, dimanche, le relâchement de M. Elshamy en raison de son état de santé. Emprisonné depuis le mois d’août sans être accusé, le journaliste avait amorcé une grève de la faim il y a quatre mois afin de protester contre sa détention. Il avait été arrêté lors d’un raid contre un camp de manifestants érigé par des partisans de l’ex-président Mohammed Morsi, qui a été renversé par l’armée en juillet.

M. Fahmy a dit être convaincu que ses deux compagnons et lui-même seraient les prochains à être libérés.

L’ancien producteur de CNN et deux de ses collègues, l’Australien Peter Greste et l’Égyptien Baher Mohammed, ont été accusés de faire partie des Frères musulmans et de leur avoir fourni une plateforme pour diffuser leur message, des accusations qu’ils estiment non fondées.

Les trois hommes sont en prison depuis le 29 décembre. Leur procès a commencé en février et le verdict est attendu lundi.