Le journaliste Michel Auger reçoit le Prix Couronnement de carrière

MONTRÉAL – Le journaliste et chroniqueur judiciaire Michel Auger sera récompensé par la Fondation pour le journalisme canadien (FJC) pour l’ensemble de sa carrière.

Celui qui a travaillé de nombreuses années au Journal de Montréal recevra le Prix Couronnement de carrière lors d’une cérémonie le 3 juin prochain, a annoncé la Fondation par voie de communiqué, lundi.

M. Auger a fait ses premières armes au Nouvelliste de Trois-Rivières, en 1964. Il a ensuite travaillé au Montréal Matin et à La Presse pendant quelques années.

Le journaliste a consacré une bonne partie de sa carrière au crime organisé. Dans les années 1990, il a publié plusieurs dossiers sur les rivalités entre les différentes bandes de motards — un sujet délicat qui a failli lui coûter la vie.

Le 13 septembre 2000, en se rendant aux locaux du Journal de Montréal, il a été criblé de six balles dans le dos. Il a finalement survécu à ses blessures et a témoigné de son expérience dans son autobiographie, «L’attentat».

Après plus de 40 ans dans le milieu, il a finalement pris sa retraite en 2006.

«Tout au long de sa carrière à titre de chroniqueur judiciaire, M. Auger a surpassé le cadre de ses fonctions en creusant plus profondément que ses pairs et en fournissant aux lecteurs le meilleur tableau qui soit du monde criminalisé de Montréal», a souligné dans le communiqué la chroniqueuse politique Chantal Hébert, qui est membre du jury de la FJC.

M. Auger a déjà été honoré par les siens; la Fédération professionnelle des journalistes du Québec lui avait remis en novembre dernier le prix Judith-Jasmin Hommage.

«Il a grandement inspiré la génération de journalistes enquêteurs, qui, grâce à leur travail, ont entraîné la tenue d’une enquête sur la corruption au Québec», a poursuivi Mme Hébert.

Les journalistes Lise Bissonnette et Bernard Derome ont aussi reçu le Prix Couronnement de carrière par le passé.