Le ministre Hébert rassure la population sur l’hospitalisation gratuite

MONTRÉAL – Des chambres d’hôpital gratuites continueront d’être disponibles, a assuré jeudi le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux Réjean Hébert.

Dans un communiqué de presse publié alors qu’il est à l’extérieur du Québec, le ministre a tenu à rassurer les Québécois sur le fait qu’il était «essentiel» de maintenir une offre de chambres gratuites dans les hôpitaux, y compris dans les futurs complexes présentement en construction, comme le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

La tarification en fonction du revenu ne fait pas non plus partie des options pour le ministère.

Présentement, l’hospitalisation dans des chambres à quatre lits est gratuite et entièrement assumée par l’État. Les patients désirant une chambre privée ou semi-privée (deux lits) doivent assumer une partie des coûts, sauf s’ils ont une prescription de leur médecin. Selon le journal La Presse, cela rapporte 60 millions de dollars à l’État annuellement.

Souhaitant limiter la propagation des infections nosocomiales (comme la bactérie C. difficile) dans les centres hospitaliers, Québec instaurera de plus en plus de chambres à un ou deux patients, et de moins en moins de salles à quatre lits.

Toutefois, explique le ministère, cette reconfiguration des chambres l’oblige à revoir le système de tarification s’il veut maintenir une offre gratuite. Un comité se penchera sur ce casse-tête.

«Le groupe de travail fera le tour de la question, analysera des exemples issus d’ailleurs et proposera des scénarios qui seront à la fois en mesure d’assurer le maintien de l’accessibilité aux soins de santé, incluant l’hospitalisation, en plus d’assurer une équité entre les différents hôpitaux du Québec, a affirmé le ministre Hébert. Chose certaine, la tarification en fonction du revenu ne figure pas parmi les scénarios acceptables.»

«L’accessibilité et l’universalité des soins de santé est un principe fondamental de notre système de santé au Québec. De ce fait, il est essentiel qu’il y ait une offre de chambres gratuites dans les hôpitaux et cela continuera d’être le cas».