Ottawa rétablira la couverture des soins de santé pour les réfugiés

OTTAWA – Le gouvernement fédéral est prêt à remettre en place les prestations de soins de santé pour les réfugiés qui avaient été coupées par les conservateurs il y a quelques années.

La ministre de la Santé, Jane Philpott, a indiqué vendredi qu’une annonce sur le renversement des coupes était imminente et que, dans l’intervalle, les besoins en matière de santé des réfugiés syriens seraient couverts.

Quelques «détails logistiques» sont en voie d’être réglés pour s’assurer de pouvoir «faire une annonce complète dans un avenir très proche», a dit Mme Philpott.

Avant 2012, quiconque en attente du statut de réfugié était couvert par l’assurance gouvernementale pour les coûts des soins de santé, incluant les soins dentaires, oculaires et les médicaments, jusqu’à ce que sa demande soit traitée et qu’il bénéficie de la couverture provinciale.

Mais en juin 2012, le gouvernement conservateur a dramatiquement restreint cette couverture. À ce moment, le gouvernement soutenait que les coûts du programme explosaient car des gens faisaient des demandes d’asile au Canada sous de faux prétextes dans le but d’obtenir des soins de santé gratuits.

Les conservateurs ont contesté une décision de la Cour fédérale, qui affirmait que les changements apportés étaient inconstitutionnels. Ils ont cependant réinstauré quelques prestations pour se plier à la décision de la cour.

Par ailleurs, le ministre fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté est persuadé que le Canada atteindra son objectif d’accueillir 10 000 Syriens d’ici la fin de l’année — soit dans trois semaines.

Quelques heures après l’atterrissage à Toronto d’un premier appareil militaire transportant 163 Syriens, John McCallum a laissé entendre, vendredi matin, que des dizaines d’autres avions arriveront au Canada au cours des prochaines semaines.

M. McCallum et sa collègue de la Santé, Jane Philpott, étaient à la gare d’Ottawa, vendredi, où le Canadien National a annoncé un don de 5 millions $ pour aider les réfugiés à s’installer au pays.

Le ministre de l’Immigration a encouragé les Canadiens à faire ce qu’ils peuvent, selon leurs moyens, pour aider les réfugiés à se sentir bienvenus au pays.

Pour M. McCallum, l’accueil de 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin du mois de février est un projet national, pas gouvernemental.

La ministre de la Santé a affirmé que les vérifications de santé à partir du pays d’origine se déroulaient bien. «Nous ne constatons pas de problèmes de santé significatifs», a-t-elle indiqué.

Des représentants fédéraux de la santé étaient aussi à l’aéroport de Toronto, jeudi soir, où des vérifications additionnelles étaient menées, et «tout le monde était en bonne santé», a ajouté la ministre.

«Nous voulons nous assurer de répondre non seulement aux besoins physiques des réfugiés à leur arrivée, mais aussi à leur bien-être psychologique», a dit Mme Philpott.

Les associations travaillant à l’intégration des réfugiés prennent la responsabilité de s’assurer que les nouveaux venus trouvent des médecins et des infirmières qui sont «tout à fait en mesure» de répondre aux besoins en santé mentale des gens qui pourraient avoir besoin de tels services, a précisé la ministre.

«Je suis convaincue que notre système de soins de santé sera en mesure de répondre à la demande», a-t-elle fait valoir.

Le premier contingent de réfugiés syriens à destination du Québec doit arriver samedi à l’aéroport de Montréal, lui aussi par avion militaire. Les avions commerciaux nolisés devraient prendre ensuite le relais.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.