Le Nouveau-Brunswick abolit un règlement qui limite l’accès à l’avortement

FREDERICTON – Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a annoncé mercredi l’abolition d’un règlement controversé qui limite l’accès à l’avortement dans la province.

M. Gallant a fait savoir qu’il ne sera plus nécessaire d’avoir deux médecins pour attester que l’intervention est nécessaire d’un point de vue médical.

De plus, on éliminera l’exigence voulant que l’intervention soit effectuée par un spécialiste.

Le premier ministre a déclaré que les obstacles avaient été identifiés et qu’il seraient éliminés afin de respecter les obligations légales de la province en vertu du jugement de la Cour suprême du Canada et de la Loi canadienne sur la santé en ce qui concerne le droit de la femme de choisir.

La modification, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015, placera les interventions en matière de santé reproductive dans la même catégorie que n’importe quel autre service médical assuré.

Le sujet avait refait surface quand la clinique Morgentaler à Fredericton avait été fermée en juillet. Cet endroit, qui constituait la seule clinique d’avortement privée de la province, invoquait un manque de financement du gouvernement pour justifier sa décision de cesser ses activités.

Les plus populaires