Le nouveau directeur du SPVM, Philippe Pichet, a prêté serment

MONTRÉAL – Le nouveau directeur du Service de police de la ville de Montréal, Philippe Pichet, a prêté serment, vendredi au cours d’une cérémonie à l’hôtel de ville, devenant le 38e directeur de ce corps de police de quelque 7000 employés.

Le directeur Pichet arrive en poste alors qu’un litige persistant mine le climat de travail avec les 4500 policiers de Montréal, amers depuis les modifications imposées à leur régime de retraite, comme bien d’autres employés municipaux.

Depuis, les patrouilleurs refusent de porter l’intégralité de leur uniforme, allant jusqu’à porter des pantalons de camouflage aux couleurs vives lors des funérailles de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau — ce qui a causé des frictions avec le milieu politique. Ils brillaient d’ailleurs par leur absence lors de la cérémonie de vendredi, bien qu’ils aient été invités.

«Ils ont été invités. C’est malheureux (qu’ils n’y soient pas); j’aurais aimé qu’ils soient présents», a répondu le directeur Pichet, lorsque interrogé au sujet de leur absence.

Invité à préciser ce qu’il entendait faire pour rebâtir les ponts avec les policiers, le directeur nouvellement assermenté est demeuré vague. «Je vais ouvrir le dialogue, continuer le dialogue avec la Fraternité (des policiers de Montréal). C’est ce que je vais faire. Je vais tout faire pour qu’on travaille ensemble pour l’avenir», a-t-il dit.

Dès lundi matin, il s’attèlera à la tâche. «Dès lundi, je commence une tournée sur le terrain. Je vais voir mes policiers; je vais rencontrer mon équipe de direction. Il y a des choses qu’on va mettre en place. Mais aujourd’hui, je suis encore à savourer cette journée-là d’assermentation», a affirmé M. Pichet.

Il aura aussi à gérer un budget serré, ce qui cause parfois de la frustration au sein des effectifs policiers.

«Les contraintes économiques ne sont pas l’exception; elles sont la norme. À la tête du SPVM, il devra voir à optimiser l’organisation des ressources, dans le souci d’une saine gestion des deniers publics. Nous avons demandé un effort à tous les services de la ville, comme vous le savez, et le SPVM n’y échappe pas», a prévenu le maire de Montréal, Denis Coderre.

Le maire a rappelé que le nouveau directeur aura bien d’autres dossiers complexes à traiter, parmi lesquels la radicalisation de certains jeunes, les problèmes de santé mentale et d’itinérance, entre autres.

M. Pichet succède à Marc Parent, qui n’a été en poste que cinq ans. Ce dernier était absent de la cérémonie. Le maire Coderre a affirmé qu’il ne fallait pas y voir de frictions, puisque M. Parent se mariera le week-end prochain et qu’il était occupé par ses préparatifs.

Les commentaires sont fermés.

il y a quelque année j avais été harceler par mon patron et je suis aller faire plainte et a causse d un policier qui na pas faite son travail comme il faut il ma niaiser pendant des année il me disais que mont dossier étais toujours ouvert un jour que j ai vu qu’ il n étais pas sérieux j ai décider d arrêter de lui écrire il ma faite arrêter la seule chose que je voulais de lui ses qu’ il ma ide avec toute les harcèlement qu’ ont ma fait mais a place je m ai retrouver avec un dossier criminel et ajour hui je n arrive même pas a me trouver un emploi a causse d un policier qui a voulu s en sortir facilement il me disais que je pouvais lui écrire et moi la niaiseuse je l écoutais il m’appeler chez moi et moi qui croyez qu’ il m appeler pour m aider mais a place il a menti il ne sais jamais présenter a la cours et ses moi qui paye aujourd’hui je voilais que vous sachiez que ses pas parce que ont est policier qu ont a tout les droit se n est pas la premiere fois qu un policier me fais quelque chose en 1991 un policier ma fait quelque chose de grave.