Le NPD vit une course à la direction serrée au Manitoba

WINNIPEG – Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, et ses deux rivaux dans la course au leadership ont tenté pour une dernière fois samedi de se faire valoir dans le cadre du congrès du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui déterminera le sort de M. Selinger.

Avec quelque 1700 délégués appelés à choisir dimanche entre M. Selinger, Theresa Oswald et Steve Ashton, les trois camps étaient affairés à charmer tout délégué encore indécis.

Jim Rondeau, organisateur pour la campagne de M. Ashton, disait croire qu’environ 80 pour cent des gens avaient déjà fait leur choix pour le premier tour.

La course serait trop serrée pour prédire un gagnant, et les trois camps s’entendaient pour dire qu’il faudrait presque assurément un second tour entre deux finalistes. S’attirer les faveurs des délégués du candidat de la troisième place sera clé.

Le vote dimanche est l’aboutissement d’une révolte au caucus ayant éclaté en octobre dernier lorsque Mme Oswald et quatre autres ministres ont recommandé que M. Selinger démissionne pour aider le parti à survivre aux prochaines élections, qui sont prévues pour avril 2016. Des sondages récents laissent croire que le NPD est près de niveaux d’appuis historiquement bas, loin derrière les progressistes-conservateurs dans l’opposition, après avoir augmenté la taxe de vente provinciale en 2013.

M. Selinger a démontré une certaine poigne, samedi, grâce à l’élection d’Ovide Mercredi comme président du NPD. M. Mercredi, ancien chef de l’Assemblée des Premières Nations, était soutenu par M. Selinger. Il a été préféré à la présidente sortante Ellen Olfert, qui était soutenue par Mme Oswald.

Laisser un commentaire