Le père de Sammy Yatim, tué dans un tramway de Toronto, se dit hanté par sa mort

TORONTO – Le père du jeune homme abattu par la police dans un tramway de Toronto, il y a un an, affirme que des questions entourant la mort de son fils continuent de le hanter.

Nabil Yatim a publié un communiqué samedi relativement à la mort de son fils âgé de 18 ans, Sammy. L’incident dans un tramway vide au centre-ville de la capitale ontarienne, qui avait été filmé par des caméras de surveillance et des passants, avait provoqué un tollé, et des manifestations avaient été organisées dans les rues de Toronto après la tragédie.

Dans les vidéos de l’incident, neuf tirs peuvent être entendus après que les policiers eurent crié à Sammy Yatim de lâcher le petit couteau de poche qu’il tenait.

Des accusations de meurtre non prémédité ont été portées contre un policier en lien avec cette affaire.

Dans sa déclaration, M. Yatim affirme qu’«aucun parent ne devrait vivre» ce qu’il a enduré.

«Pourquoi a-t-il été touché par autant de tirs? Pourquoi a-t-il été visé par des décharges de pistolet électrique alors qu’il était allongé sur le sol du tramway en train de mourir? Ces questions continuent de me hanter.»

Dans une poursuite déposée en octobre devant la Cour supérieure de l’Ontario, la mère et la soeur de Sammy Yatim réclament des dommages de 7 millions $ au policier mis en accusation, au service de police de Toronto et à deux autres policiers.

Aucune défense n’a été enregistrée relativement à cette poursuite, qui allègue que la police a tiré sur le jeune homme au petit matin du 27 juillet 2013. À ce moment, Sammy Yatim était seul dans le tramway, qui était encerclé par une vingtaine de policiers.

Les allégations contenues dans la poursuite n’ont pas été prouvées en cour.

Nabil Yatim affirme que sa famille souffre toujours, un an après la tragédie.

«Il me manque à chaque minute de ma vie. Je ferai tout en mon pouvoir pour aider à créer des changements dans la façon dont la police répond aux situations de ce genre», affirme-t-il dans le communiqué.

Un rapport rendu public cette semaine par un ancien juge de la Cour suprême du Canada quant à l’emploi de la force létale par la police de Toronto, après l’incident ayant coûté la vie à Sammy Yatim, propose 84 recommandations qui, si elles étaient mises en application, impliqueraient davantage de formation et de soutien pour les policiers qui font face à des personnes en crise.