Le Pont de Québec figure sur la liste des 10 sites les plus menacés au pays

MONTRÉAL – Le Pont de Québec figure sur la liste des 10 sites patrimoniaux les plus menacés au pays, selon le palmarès 2015 compilé par la Fiducie nationale.

L’organisme sans but lucratif est dédié à la préservation et à la mise en valeur de sites historiques et patrimoniaux au Canada.

Cette année, l’organisme déplore que le Pont de Québec, le plus long pont à cantilever du monde, soit rongé par la rouille. Le pont doit avoir 100 ans en 2017.

Sa construction est emblématique des grandes réalisations du pays dans le domaine de l’ingénierie des transports, et il a été désigné lieu historique national du Canada en 1995, souligne l’organisme, qui estime que 60 pour cent du pont est couvert de rouille. Depuis que le gouvernement l’a cédé au CN en 1993, les programmes d’entretien et de restauration ont été réduits, ajoute-t-il.

En novembre 2014, la Ville de Québec, la Ville de Lévis, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada se sont engagés à fournir la moitié des 200 millions $ qu’il en coûterait, selon une évaluation, pour repeindre et restaurer le pont. Jusqu’à présent, le CN n’a pas accepté d’en faire autant car il juge que les travaux de sablage et de peinture sont «esthétiques» et donc non nécessaires. La Cour supérieure du Québec lui a récemment donné raison.

Par ailleurs, l’arrondissement historique de Sillery, à Québec, s’est retrouvé sur la liste des sites menacés dans le passé. Cette année, la Fiducie indique que ce site est arrivé «à un point critique».

L’arrondissement, qui longe le fleuve Saint-Laurent, est un témoin de plusieurs époques du développement de la province, soit celle du Régime français, celle des barons du bois du 19e siècle, et enfin des communautés religieuses et de leurs établissements, relève la Fiducie. Le secteur est menacé par les entrepreneurs qui souhaitent y construire des condominiums.

La Fiducie nationale inclut aussi dans son palmarès annuel la ferme expérimentale centrale, située à Ottawa, notant que le gouvernement fédéral traite ce lieu historique «avec désinvolture». L’Église unie de Sackville au Nouveau-Brunswick et le moulin à papier Barber, à Georgetown, en Ontario, font aussi partie de la liste 2015.

L’organisme dit publier son palmarès des 10 sites les plus menacés au Canada chaque année pour attirer l’attention sur des sites en péril en raison de négligence, de manque de fonds, d’aménagement inadéquat ou de faiblesses de la législation.

Laisser un commentaire