Le PQ dépose une plainte au DGE contre le PLQ pour du présumé financement illégal

MONTRÉAL – Le Parti québécois (PQ) a déposé mardi une plainte au Directeur général des élections du Québec (DGE), lui demandant de faire enquête sur de présumées activités de financement illégal au Parti libéral du Québec (PLQ).

Le ministre sortant de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, a justifié cette démarche en déclarant qu’à 13 jours de l’élection, le chef libéral Philippe Couillard devait rendre des comptes à l’électorat québécois.

«M. Couillard est avec un parti politique. Il nous dit qu’il veut gouverner le Québec. Il veut être transparent aujourd’hui?» a-t-il lancé, en faisant référence à la divulgation des avoirs du chef libéral.

«Que sait Philippe Couillard de cette activité?» a répété à plusieurs reprises M. Duchesne.

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait réalisé une perquisition en juillet 2013 à la permanence du Parti libéral du Québec puis une autre, en novembre dernier, dans des entreprises de l’ex-argentier du PLQ Marc Bibeau.

Des documents rendus publics au début du mois de mars en marge de ces perquisitions faisaient état d’une vingtaine d’activités de financement qui auraient permis au parti d’amasser plus de 700 000 $, dont une se serait traduite à elle seule par une entrée de fonds de 428 000 $.

Or, les registres du DGE ne font état d’aucune activité de financement ayant rapporté 428 000 $ au cours des 10 dernières années.

Selon les documents lourdement caviardés, de nombreux courriels faisaient état d’échanges d’enveloppes à Shockbéton, l’entreprise de M. Bibeau.

«Où est allé cet argent? Pourquoi ne pas avoir déclaré cette somme? D’où provient cet argent, M. Couillard? Est-ce que cet argent est utilisé dans la présente campagne électorale?» a martelé le candidat péquiste dans Borduas.

À Asbestos, où il participé à un rassemblement militant pour sa candidate Karine Vallières, dans Richmond, M. Couillard a affirmé aux journalistes qu’il ignore tout de l’événement auquel M. Duchesne fait référence.

«Je n’ai aucune idée, je n’étais pas là, a-t-il dit. L’UPAC fera son travail. (…) Je suis chef depuis mars 2013.»

Pierre Duchesne a refusé d’admettre que la démarche du Parti québécois auprès du DGE s’inscrivait dans une tentative de sa formation de reprendre le haut du pavé, elle qui tire de l’arrière dans les sondages, mais il ne s’est pas gêné pour l’utiliser à des fins électoralistes.

«On est à la veille d’une élection et il faut le dire aux Québécois: le retour aux années libérales ça peut être une très longue visite chez le dentiste avec la ‘drill’ sur la molaire pendant quatre ans», a déclaré M. Duchesne.

«Est-ce que les Québécois veulent revivre le cauchemar des dernières années? Des allégations de corruption, de collusion à toutes les semaines, à tous les mois?»

Il demande donc au chef libéral Philippe Couillard de dire ce qu’il sait de ces activités de financement, d’expliquer où est allé l’argent, pourquoi ne pas l’avoir déclaré au DGE et s’il est utilisé dans la présente campagne électorale.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Pierre Duchesne a refusé d’admettre que la démarche du Parti québécois auprès du DGE s’inscrivait dans une tentative de sa formation de reprendre le haut du pavé, elle qui tire de l’arrière dans les sondages. »
Mais encore une fois, c’est une question qui tente de détourner la démarche, pire c’est ce que font directement les intimidateurs, c’est-à-dire faire passer le dénonciateur, le plaignant dans une cause ou dans une plainte, pour le méchant. Si vous dénoncez, c’est qu’il y a une raison obscure et que des avantages sous-jacents.
1- La réalité est-elle celle qui est dénoncée ?
Oui ou Non ?
Ça c’est important, très important.
2- Si la réponse est oui, donnez-nous les détails.
Ça aussi c’est très important d’en savoir d’avantage. Et avant le 07 avril. La population du Québec, non seulement a le droit de savoir, mais elle doit le savoir.

Encore une fois, le ou les journalistes qui ont posés la question, visent et mettent l’accent sur le messager, à la place du message.
Et encore une fois les journalistes et les communicateurs professionnels en nous informant de la nouvelle, ce qui sera sans aucun doute fait à répétition, sans le dénoncer, mais tout bêtement et innocemment en mettant l’accent sur les possibles avantages à dénoncer à la place du propos de la dénonciation, font le jeu d’un parti politique: soit le parti libéral.

C’est écoeurant !

Le PQ au lieu de faire campagne comme du monde choisit la continuité de la commission Charbonneau et attaque. Ça va tout simplement se retourner contre eux. J’entendais JFL à l’émission 24/60 hier répéter ad nauseam qu’il ne faut pas réélire le PLQ à tout prix et que c’est un parti corrompu à l’os. C’est hors de l’entendemant qui l’eut cru. À l’ère des réseaux sociaux et de l’information continue sans compter la pré-campagne de Madame Marois à l’autome se voyait déjà majoritaire après avoir distribué bonbons et placé ses pions, on se retrouve aujourd’hui avec une campagne qui n’est nullement axée sur le programme des partis. Esct-ce

« …on se retrouve aujourd’hui avec une campagne qui n’est nullement axée sur le programme des partis. »
Pour un point nous sommes d’accord Mistinguette.
Mais à qui la faute ?
À Philippe Couillard, au parti libéral, aux fédéralistes partisans et inconditionnels, à Francoi 1, à vous, bien accompagnés par un fort pourcentage des professionnels de la communication qui n’ont de cesse ramener voir annihilé tout débat en le réduisant qu’à un leur seul et unique sujet !
Dites vous bravo, car vous avez réussi…mais

Pour conclure, est-ce que plus de 30 jours c’est encore de mise ou si c’est trop long? Faire le tour du Québec et aller dans tous les comtés, on peut y aller une fois et ne faire qu’un débat, cela évitera des sujets complètement inutile

Mais Mistinguette, comme il serait commode de faire les élections maintenant. Et c’est pour cela que vous abordez ce sujet dans ce sens. Voilà les inquiétudes qui motivent votre opinion sur ce sujet.
Mais voila, la campagne n’est pas terminé.
Et puis Madame Marois tout comme vous au départ lors des négociations, elle aussi ne voulait qu’un débat. Puis elle c’est ravisée. Et voilà l’utilité d’un deuxième débats. Pour clarifier, corriger et être plus actuel sur les changements qui peuvent survenir en cour de campagne.
Hors, il semble bien que la « drive » est à bifurquer…vers ce que Monsieur Couillard et les libéraux, Francois 1 et vous n’aimez pas: que l’on discute de corruption, malversation, descente policière, quipe corrompue, du docteur Porter et quoi d’autres dans le même sens.
Et donc, il y a un autre débat et il y aussi encore du temps: 11 jours pour être plus exacte.
Moi je suis prêt.
Moi j’aime la boue.
Parce que de la boue je n’en veux pas chez ceux qui décideront pour moi pour au minimum 4 ans s’ils sont majoritaire.
Alors toute la boue, j’aimerais la connaître avant le 07 avril. Mes souhaits ne seront malheureusement pas complètement comblés. Mais plus j’en saurais,. plus mon choix sera judicieux.
Et contrairement à vous Mistinguette, Francois 1, à Serge Drouginsky, aux partisans inconditionnels, tout ce que Couillard et les libéraux et quiconque connait sur les malversations péquistes, qu’ils les sortent, je veux le savoir.
Mais voilà le problème pour vous et les vôtres.
Tout ce qui peut être reproché au PQ et à Marois et cie doit-être des peccadilles à comparer ce qui en être autant aux libéraux !
Les libéraux Québécois et Canadiens ont plusieurs points en commun, mais celui-ci en particulier: ils sont tout les deux la justification de commissions d’enquêtes pour de la corruption, des malversations, des magouilles de toutes sortes, de l’argent collecté illégalement en échange de contrats à des petits zamis.
Qui d’autres en a autant à se reprocher ses derniers vingt années?
Nommez-les et dites-moi quoi, je veux l’entendre !
Je veux tout savoir !
Et vous ?