Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, fait face à de la grogne au NPD

WINNIPEG – Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, ferait face à la grogne dans son propre parti à la suite de la décision du gouvernement néo-démocrate d’augmenter la taxe de vente, l’an dernier.

Becky Barrett, une ancienne ministre dans le cabinet de Gary Doer au début des années 2000, et aujourd’hui membre de l’exécutif du NPD du Manitoba, a indiqué à une station de radio de Winnipeg que le premier ministre Selinger doit annoncer maintenant s’il entend demeurer en poste pour les prochaines élections générales en 2016.

Selon Mme Barrett, des militants s’inquiètent de la faible popularité du NPD dans les sondages, à la suite de la décision du gouvernement Selinger de hausser la taxe de vente provinciale. Et s’il souhaite demeurer à la tête de ses troupes, a-t-elle soutenu, le premier ministre doit expliquer davantage à la population pourquoi cette hausse était nécessaire, et regagner la confiance des Manitobains.

M. Selinger n’était pas disponible pour commenter ces déclarations, mais a déjà indiqué que la hausse de la taxe de vente était rendue nécessaire pour financer des projets d’infrastructures, comme les ponts et chaussées. Le service des communications du NDP, lui, a indiqué que M. Selinger se concentre sur les tâches pour lesquels il a été élu.

Greg Selinger a été ministre des Finances de 1999 à 2009 dans le cabinet de Gary Doer, qu’il a remplacé cette année-là à la tête du NPD — avec un appui de 66 pour cent des membres. Le nouveau premier ministre a redonné la victoire à ses troupes en 2011 avec 37 sièges sur 57, un de plus qu’aux élections précédentes.

Les plus populaires