Le présumé meurtrier de l’Université Dalhousie ne sera pas libéré sous caution

HALIFAX – Le jeune homme accusé en août du meurtre prémédité d’un autre étudiant de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, devra demeurer derrière les barreaux en attendant le début de son procès.

Le juge Jamie Campbell, de la Cour suprême de Nouvelle-Écosse, a rejeté, vendredi, la demande de libération sous caution de William Sandeson, âgé de 23 ans. L’accusé tentait depuis mercredi d’obtenir sa libération pour la suite des procédures.

Le jeune homme avait été formellement accusé le 20 août dernier, quatre jours après la disparition de Taylor Samson, âgé de 22 ans, originaire d’Amherst.

La présumée victime étudiait en physique à l’Université Dalhousie, alors que l’accusé devait entreprendre cet automne des études en médecine à la même institution de Halifax.

Selon la mère de Taylor Samson, Linda Boutilier, la police n’aurait pas encore retrouvé le corps du jeune homme. Elle a lancé un cri du coeur, jeudi, pour que l’on puisse au moins récupérer le corps de son fils, afin de lui offrir une juste sépulture.

Une ordonnance de non-publication empêche de faire état de la preuve présentée jusqu’ici en cour.