Le procès du sénateur suspendu Patrick Brazeau est ajourné jusqu’en septembre

GATINEAU, Qc – Le procès pour voies de fait et agression sexuelle du sénateur suspendu Patrick Brazeau a été ajourné jusqu’au 15 septembre prochain.

La journée de mardi a débuté avec des discussions entre avocats concernant l’admissibilité de la déclaration faite par M. Brazeau lors de l’interrogatoire de police après son arrestation, en février 2013.

Selon le procureur de la Couronne, Me Sylvain Petitclerc, «il y aura vraisemblablement admission que cette déclaration était libre et volontaire» lors de la prochaine journée en cour.

Le procès devrait donc reprendre le 15 septembre avec la présentation de la vidéo tournée lors de l’interrogatoire, a affirmé l’avocat.

La victime présumée dans cette affaire allègue que M. Brazeau l’a poussée en bas d’un escalier, l’a étranglée, a frappé sa tête contre un mur et l’a agressée sexuellement.

La dame, dont l’identité est frappée d’un interdit de publication, a complété son témoignage. L’accusé devrait témoigner pour sa propre défense après la projection de la vidéo de l’interrogatoire.

Le sénateur suspendu a déjà plaidé non coupable aux accusations portées contre lui dans cette cause.

Son procès, qui devait initialement durer trois jours, s’étire en longueur — la journée de mardi était la huitième au palais de justice de Gatineau.

«C’est beaucoup plus long, mais on en vient à bout», a simplement commenté Me Petitclerc à sa sortie de la salle de cour, mardi.

À l’issue de ce procès, M. Brazeau n’en aura pas fini avec la justice: un autre procès doit s’amorcer le 29 mars 2016 pour des accusations de fraude et d’abus de confiance, relativement à ses dépenses au Sénat. Il a déjà plaidé non coupable à ces accusations.

Dans une autre affaire remontant à avril 2014, il est accusé de voies de fait sur une femme et un homme, de possession de stupéfiants, de menaces de mort et de bris de conditions de probation. Il a aussi plaidé non coupable à l’ensemble de ces accusations.