Le rapport de Bell Média sur l’indépendance journalistique ne sera pas public

TORONTO – Un rapport interne sur l’indépendance journalistique du personnel de CTV ne sera pas rendu public, a déclaré George Cope, président de la société mère de Bell Média, BCE.

M. Cope a expliqué aux journalistes qu’une série de recommandations avait été faite, plus tôt cette semaine, par un comité formé de membres du conseil d’administration de BCE.

Il a ajouté qu’une nouvelle politique inspirée de ces suggestions serait mise en place, afin d’«améliorer» l’indépendance des journalistes et du patron de la salle des nouvelles de CTV.

Cette politique fera partie d’un code de conduite destiné à tous les employés de BCE.

La nouvelle politique fait suite à la démission du président de Bell Média, Kevin Crull, après qu’il eut admis avoir tenté d’influencer la façon dont les journalistes de CTV devaient couvrir une décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) relativement à l’offre de chaînes à la carte.

CTV est une division de Bell Média, qui appartient quant à elle à BCE (TSX:BCE), la plus importante firme de télécommunications au pays.

Avant son départ, M. Crull a déclaré qu’il voulait simplement suggérer que la couverture médiatique soit axée sur «une discussion étendue et nécessaire» sur les impacts qu’aurait la décision du CRTC sur l’industrie des télécommunications.

M. Cope assure que l’indépendance des journalistes de CTV est «essentielle» pour le réseau, mais que le nouveau rapport n’a pas été conçu pour améliorer la transparence.

«Nous voulons seulement nous assurer que cela ne se reproduira plus, et que nous avons agi lorsque cela s’est produit», a-t-il déclaré après l’assemblée annuelle de BCE.

M. Cope dit que la compagnie a mis en place «certaines améliorations» pour s’assurer que si d’autres possibilités de conflit d’intérêts étaient soulevées, «des mesures additionnelles» seraient en place pour s’assurer que cela ne devienne pas un problème.

Il ajoute que le patron de la salle des nouvelles aurait notamment la possibilité de communiquer avec lui ou un comité interne pour discuter de ses inquiétudes.

Lorsqu’on lui a demandé si les dirigeants du service des nouvelles de CTV avaient cette possibilité auparavant, il a refusé de donner plus de détails.