Le secteur accidenté de la mine d’Iamgold à Preissac pourrait demeurer fermé

PREISSAC, Qc – Le directeur de la mine d’or de l’Abitibi-Témiscamingue où neuf travailleurs sont demeurés coincés pendant 18 heures, mardi, à la suite d’un effondrement, a indiqué que cette section pourrait ne jamais rouvrir.

Sylvain Lehoux a affirmé mercredi que des études géologiques devront d’abord être effectuées par des consultants et des ingénieurs afin de déterminer si la zone est sécuritaire.

«Cela peut prendre beaucoup de temps, mais nous voulons nous assurer que tout est « OK » si nous y retournons», a-t-il soutenu en entrevue.

Neuf travailleurs coincés à l’intérieur de la mine Westwood d’Iamgold à Preissac ont été secourus sains et saufs, mardi soir, après avoir passé près de 18 heures sous terre.

M. Lehoux a affirmé que les mineurs étaient exténués.

«Pas de blessures: c’était ce qui nous préoccupait, alors nous sommes heureux de dire qu’ils sont en bonne forme», a-t-il ajouté.

L’accès à la mine avait été bloqué à la suite du déplacement d’une masse rocheuse lors d’un «événement sismique», selon la direction d’Iamgold. Un employé avait pu sortir de la mine vers 13 h mardi, car il se trouvait dans une portion plus rapprochée de l’entrée.

M. Lehoux a indiqué que l’équipement de l’entreprise avait enregistré des mesures sismiques de magnitude 1,2 et 1,7, mardi matin.

«Cela survient parfois, et c’est pourquoi nous installons plus d’équipement pour les anticiper», a-t-il affirmé.

Le représentant régional du Syndicat des métallos, Marc Thibodeau, se dit inquiet, puisqu’il s’agit du deuxième incident du genre à survenir au même endroit en quatre mois.

M. Thibodeau a affirmé qu’une enquête déterminera s’il y a un problème dans le secteur.

«S’agissait-il d’un séisme ou de la pression exercée sur les roches parce que nous avons fait de l’extraction minière dans le secteur?», s’est interrogé M. Thibodeau, mercredi.

Le 22 janvier, quatre hommes s’étaient retrouvés coincés sous terre dans la même mine d’or d’Iamgold (TSX:IMG), située entre Val-d’Or et Rouyn-Noranda.

Le directeur Lehoux, lui, a expliqué que l’étage 104, où est survenu l’accident de mardi, est un nouveau secteur en développement établi sur la faille de Cadillac, et que ce genre d’événement sismique se produit de «temps en temps».

«Oui, assurément, et c’est pourquoi nous devons être vigilants», a dit M. Lehoux.

La production commerciale d’or à cette mine de Preissac a débuté en juillet dernier.

Un expert au ministère des Ressources naturelles du Québec a affirmé que la faille avait une longueur estimée entre 300 et 350 kilomètres. Un sismologue de la Commission géologique du Canada (CGC), Stephen Halchuk, a pour sa part souligné par courriel que les dommages causés par un séisme dépendaient de sa magnitude.

«Dans l’Est canadien, en général, un séisme doit être de magnitude 5,0 ou plus pour risquer des dommages significatifs aux structures», a-t-il écrit.