Le succès des élèves au privé serait surtout dû aux antécédents socioéconomiques

TORONTO – Les élèves des écoles secondaires privées ont tendance à avoir de meilleurs résultats que leurs homologues des écoles publiques, mais cela semble être attribuable pour une large part aux antécédents socioéconomiques plus favorables des élèves des écoles privées et de leurs pairs, indique une étude de Statistique Canada, publiée mardi.

L’étude conclut qu’aucune des différences dans les résultats n’était attribuable aux ressources et aux pratiques des écoles.

Les élèves qui fréquentaient des écoles secondaires privées étaient plus susceptibles de présenter des caractéristiques socioéconomiques positivement associées au succès scolaire, dont un revenu familial plus élevé ou des parents ayant fait des études universitaires.

Perçue comme la première du genre, l’étude visait à évaluer tant la qualité des écoles privées — accueillant environ six pour cent de la population étudiante au Canada — que leur clientèle pour déterminer ce qui explique les différences bien documentées dans les résultats académiques.

Les données montrent que le Québec compte la proportion la plus grande d’élèves dans des écoles privées — environ un élève sur cinq. En comparaison, les provinces de l’Atlantique comptent en moyenne moins d’un élève sur 100 dans les écoles privées. Par conséquent, les chercheurs ont mené leur étude dans six provinces: le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Selon l’étude, la province de fréquentation scolaire était aussi à l’origine d’une part considérable des différences dans les résultats scolaires et dans les taux d’obtention de diplômes d’études secondaires. Toutefois, cela était moins vrai pour les résultats au niveau postsecondaire.

L’étude a été menée auprès d’environ 7000 élèves nés en 1984 répartis dans presque 1180 écoles. Elle est basée sur un examen des études récentes et courantes, sur des sondages et questionnaires nationaux et internationaux, et sur des examens suivis par les élèves.

L’étude souligne qu’une question importante demeure sans réponse: est-ce que l’avantage académique dont semblent profiter les élèves des écoles privées se traduit aussi sur le marché du travail?

Les tailles d’échantillons n’ont également pas permis une ventilation des résultats par type d’écoles privées, dont la plupart sont à caractère religieux.

Les plus populaires