Le sud de la Colombie-Britannique envahi par la fumée provenant des États-Unis

GRAND FORKS, C.-B. – La fumée causée par les incendies de forêt qui font rage dans l’État de Washington a été poussée vers le sud de la Colombie-Britannique, samedi, alors que des équipes canadiennes s’apprêtent à aller prêter main-forte à leurs collègues américains épuisés.

L’incendie dans la région de Stickpin couvre une superficie d’environ 4,5 kilomètres carrés au sud de la frontière. Il a pris un peu d’ampleur vers l’est dans la nuit de vendredi à samedi.

Le service des incendies de la Colombie-Britannique a indiqué que le brasier demeurait une source d’inquiétude pour la province. Le service enverra deux équipes de 20 membres chacune dimanche dans l’État de Washington.

Une porte-parole, Fanny Bernard, a expliqué que le service des incendies travaillait depuis des jours sur un accord devant permettre aux équipes canadiennes de prendre le contrôle de la partie nord du brasier.

Elle a ajouté que les prévisions météorologiques laissaient croire que les vents du sud-ouest risquaient d’entraîner encore plus de fumée dans le sud de la Colombie-Britannique.

À Oliver, à environ 145 kilomètres à l’ouest du brasier, les vents avaient déjà changé de direction samedi soir et une responsable du service des incendies, Heather Rice, a affirmé que la communauté était «totalement enfumée».

Elle a ajouté que la fumée avait forcé son service à clouer au sol ses avions bombardiers d’eau et qu’un avis d’évacuation avait été élargi par mesure de précaution.

Le district régional d’Okanagan-Similkameen a précisé que l’alerte concernait 83 maisons. Les occupants doivent se tenir prêts à évacuer à tout moment.

Environ 200 incendies de forêt font rage à travers la Colombie-Britannique et la province a déjà dépensé 224 millions $ depuis le début de l’année pour lutter contre les flammes.