Le tabagisme devrait tuer un jeune Chinois sur trois

MONTRÉAL – Le tiers des jeunes Chinois mourront éventuellement du tabagisme si un bon nombre d’entre eux ne cessent pas de fumer immédiatement et pour de bon, prévient une étude publiée par le journal médical The Lancet.

Les deux tiers des jeunes Chinois commencent à fumer, habituellement avant l’âge de 20 ans, et l’étude démontre qu’environ la moitié d’entre eux en mourront un jour, s’ils n’écrasent pas pour toujours.

L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’université Oxford, de l’Académie chinoise des sciences médicales et du Centre chinois de contrôle des maladies.

Les scientifiques ont mené deux grandes enquêtes, à 15 ans d’intervalle, pour mesurer les conséquences du tabagisme.

Les résutats révèlent qu’environ un million de Chinois sont morts du tabagisme en 2010 et laissent croire que la cigarette fera deux millions de victimes en 2030. Les victimes sont majoritairement des hommes, puisque le tabagisme est de moins en moins populaire auprès des Chinoises.

La proportion de décès masculins attribués au tabagisme et survenus entre les âges de 40 et 79 ans est passée d’environ 10 pour cent au début des années 1990 à environ 20 pour cent actuellement. Elle se chiffre à 25 pour cent dans les centres urbains et est en pleine progression.

L’étude démontre toutefois aussi qu’entre 1991 et 2006, la proportion de fumeurs chinois qui ont choisi d’écraser est passée de 3 pour cent à 9 pour cent.

Parmi les fumeurs qui ne souffrent pas d’une maladie grave, après dix ans sans fumée, le risque d’en acquérir une était similaire à celui de ceux qui n’ont jamais fumé.