Le traversier d’une réserve isolée en panne, la communauté prisonnière

SHOAL LAKE, Ont. – Une réserve autochtone qui fait l’objet de l’avis d’ébullition de l’eau le plus prolongé au Canada peine à réparer son traversier en panne, ce qui la coupe du reste du pays.

La communauté du lac Shoal, qui chevauche la frontière entre l’Ontario et le Manitoba, a été coupée du pays il y a une centaine d’années pour construire un aqueduc qui alimente Winnipeg en eau potable.

Le village n’a aucune route ouverte à l’année et un avis d’ébullition de l’eau y est en vigueur depuis 17 ans.

Le chef Erwin Redsky dit qu’une équipe de mécaniciens inspecte le traversier afin de voir s’il peut être réparé en restant conforme aux exigences d’inspection d’Ottawa.

Il affirme que la communauté a assez d’eau embouteillée pour quelques jours encore.

La chef du Parti vert, Elizabeth May, a exhorté le gouvernement fédéral à réinstaurer un service de traversier pour la communauté et à l’aider à construire une route quatre saisons. Pour le moment, le village n’est accessible par route que l’hiver.