Legault suggère de puiser dans la péréquation pour réduire le fardeau fiscal

QUÉBEC – La Coalition avenir Québec (CAQ) souhaite que le gouvernement Marois puise dans les revenus de péréquation pour réduire le fardeau fiscal des contribuables.

La CAQ suggère en effet d’utiliser la moitié du montant additionnel de 548 millions $ attendu en péréquation en 2014-2015 pour abolir, dès le 1er avril, la taxe santé pour les contribuables ayant un revenu de moins de 45 000 $. L’autre moitié de la cagnotte, 274 millions $, serait consacrée à la réduction du déficit.

En point de presse jeudi, le chef caquiste François Legault a fait valoir que la mesure profiterait à près de 2,5 millions de Québécois qui se verraient soulager d’une facture annuelle oscillant entre 200 $ et 400 $.

Cette légère réduction du fardeau fiscal des contribuables de la classe moyenne aurait pour effet de stimuler la consommation des ménages et contribuerait à relancer l’économie, a soutenu le leader de la CAQ.

Les économistes prévoient une croissance économique inférieure à 2 pour cent en 2014 au Québec, une anémie largement attribuable à la faible consommation des ménages, a rappelé M. Legault.

Pour l’heure, la taxe santé _ qu’avait pourtant promis d’abolir le Parti québécois en campagne électorale _ est prélevée à partir d’un revenu de 18 000 $ par année.

«Il y a urgence de donner un peu d’air aux familles du Québec pour que la consommation reprenne. C’est vraiment inquiétant de penser que la croissance de la consommation des ménages va être de 1,4 pour cent en 2014», a déclaré M. Legault.

Aussitôt présentée, la proposition caquiste a été rejetée du revers de la main par le ministre des Finances, Nicolas Marceau.

«La CAQ démontre à nouveau son amateurisme, en promettant des baisses d’impôts avec de l’argent qui doit servir à assainir nos finances publiques et à stimuler l’économie», a indiqué M. Marceau dans un communiqué.

Le ministre des Finances doit encore résorber un «écart» de 400 millions $ d’ici au budget du printemps et prévoit terminer l’année 2014-2015 avec un déficit de 1,75 milliard $.

«Ce que M. Legault propose aujourd’hui, c’est un chèque de 274 millions $ combiné à des coupes dans les dépenses de 1,75 milliard $. Cela revient à promettre de freiner l’économie du Québec», a déclaré M. Marceau.

Selon lui, la proposition caquiste aurait un impact économique négatif de 0,35 pour cent et ferait passer la croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,8 pour cent à 1,45 pour cent en 2014.

«Il est fondamental de contrôler les dépenses et de financer les programmes existants avant de dépenser. Le meilleur service que nous pouvons rendre aux familles du Québec, c’est de continuer à remettre de l’ordre dans nos finances publiques», a tranché le ministre.