L’Église unie vendra ses actions dans les sociétés pétrolières

CORNER BROOK, T.-N.-L. – Le conseil général d’un des plus importants groupes religieux du pays a décidé d’abandonner les combustibles fossiles de son portefeuille d’investissements.

Les deux tiers des participants au conseil général de l’Église unie du Canada — qui se déroulait à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador — ont voté en faveur de la vente des actions dans cette industrie et le réinvestissement des 5,9 millions $ dans des d’entreprises actives dans le secteur de l’énergie propre et renouvelable.

Selon la résolution votée par le conseil général, les commissaires «encouragent» la fondation de l’Église unie et le fonds de pension à céder les actions qu’elles détiennent dans les 200 plus importantes sociétés actives dans le secteur des carburants fossiles.

Un membre de la congrégation, Christine Boyle, de Vancouver, a voté en faveur de la résolution. Elle dit que l’Église unie est socialement active dans des pays comme les Philippines où les changements climatiques contribuent à l’appauvrissement de la population. Selon Mme Boyle, on peut présenter des forts arguments moraux contre le fait de posséder des actions dans l’énergie fossile, affirmant notamment que la Bible dit que Dieu a confié à l’humanité la tâche de garder sa création.

À l’opposé, le révérend Dave Pollard, d’Airdrie, en Alberta, a déploré que la résolution ne reconnaisse pas les efforts des sociétés gazières et pétrolières pour améliorer ses moyens technologiques et devenir plus responsables sur le plan environnemental.