Les 2/3 des Québécois ne veulent pas de mosquée dans leur quartier

MONTRÉAL – Les deux tiers des Québécois approuvent la décision de la ville de Shawinigan qui a récemment refusé de modifier son règlement de zonage afin de permettre l’aménagement d’une mosquée, indique un sondage SOM, commandé par Cogeco Nouvelles.

Ils sont 65 pour cent à être d’accord avec la décision de la ville, 24 pour cent à la désapprouver et les autres répondants se sont abstenus.

Les Québécois sont presque tout aussi nombreux à ne pas vouloir qu’une mosquée soit construite ou aménagée dans leur quartier. Selon les sondeurs, 64 pour cent des Québécois sondés sont «plutôt en désaccord» ou «tout à fait en désaccord» avec cette proposition.

Ceux qui sont en désaccord avec l’installation d’une mosquée dans leur quartier sont plus nombreux à habiter à l’extérieur de Montréal, à être âgés de 55 ans et plus, sans diplôme ou possédant un diplôme d’études secondaires, ont relevé les sondeurs.

Quant à ceux qui seraient davantage en accord avec l’installation d’une mosquée près de chez eux, soit 28 pour cent des personnes sondées, ils étaient plus nombreux à vivre dans le grand Montréal, à être âgés de 18 à 34 ans, et à posséder un diplôme universitaire.

Le sondage n’indique pas les motifs pour lesquels les citoyens ne veulent pas d’une mosquée près de chez eux.

Il est à noter qu’il est déjà interdit d’aménager une mosquée ou tout autre lieu de culte, comme une église, dans la majorité des quartiers résidentiels car le zonage des villes ne le permet pas.

Dans l’affaire de la mosquée de Shawinigan, un changement de zonage était nécessaire car il était question de l’installer dans une zone semi-industrielle qui ne permettait pas les lieux de culte. Shawinigan avait toutefois fait savoir qu’il était possible d’ouvrir une mosquée dans une soixantaine de secteurs de la ville, où les activités religieuses sont permises.

Ce sondage SOM-Cogeco Nouvelles a été réalisé en ligne et a été mené du 20 au 22 février 2015 auprès de 1 240 internautes adultes québécois, en français et en anglais. La marge d’erreur maximale pour l’ensemble des répondants est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

Les commentaires sont fermés.

cette religion veut posséder touts les pouvoirs pour pouvoir mener à mener le gens comme ils le veulent

Je suis très déçue. Une mosquée, c’est pour permettre à des musulman-es de se rassembler, de se recueillir et de prier. Être musulman-es est loin d’être synonme de terroristes. La peur peut se régler autrement que pas le rejet et l’exclusion.
En octobre 70, il y avait des felquistes au Québec, est ce que tous les Québécois-es étaient felquistes ?
C’est ce que l’ignorance produit : la peur de l’étranger au lieu de penser qu’il y a du bon monde partout.

Est-ce vraiment une question de peur ou bien les gens ne veulent pas de lieu de culte, quel qu’il soit, dans leur quartier? Tout comme ils ne veulent pas d’éoliennes, de pylônes électriques, d’oléoducs ou de piste de course. Peut-être que la peur motive certains, mais je crois plutôt que la grande majorité n’en veulent pas pour d’autres raisons. Peut-être que ces raisons ne sont pas toutes fondées, mais ça ne veut quand même pas dire que l’islamophobie est le coupable.