Les acheteurs en ligne envoient un signal de réveil aux commerçants

TORONTO – Si le secteur de la vente au détail se cherchait un nouveau slogan, il pourrait considérer «L’expédition ou la perdition».

Après des années à expérimenter avec le magasinage en ligne, les consommateurs motivés qui cherchent à dépenser plus d’argent envoient un signal aux commerçants.

De nouvelles données de Postes Canada, qui doivent être dévoilées mardi, indiquent qu’en 2014, environ 76 pour cent des foyers canadiens ont magasiné en ligne.

Et environ le quart des Canadiens sont devenus des clients fréquents, ce qui signifie qu’ils achètent en ligne de 4 à 10 fois par année, révèlent les récents chiffres.

Selon Danielle Doiron, la directrice du marché des colis et du développement du commerce en ligne, les consommateurs qui tentent l’expérience deviennent rapidement des convertis.

Le type de produits qu’ils achètent s’est aussi diversifié, ajoute-t-elle.

Mme Doiron présentera les résultats de l’étude mardi lors de la conférence du commerce au détail Etail Canada à Toronto.

Le rapport a déterminé que les clients allaient acheter en ligne des produits qu’ils n’auraient pas achetés il y a seulement quelques années, incluant des jouets, des jeux et du matériel pour des passe-temps, qui ont vu leurs livraisons augmenter de 37 pour cent dans le premier trimestre de 2015 comparé à la même période l’an dernier.

L’un des plus grands défis pour les commerçants est de livrer les plus gros colis chez les consommateurs qui veulent leurs achats rapidement, mais sans nécessairement payer des frais plus élevés.

Certains commerçants ont tenté de régler certains de ces problèmes en donnant aux clients plus d’options, comme de pouvoir récupérer leurs colis dans des casiers situés dans leurs magasins, par exemple.