Les Autochtones devraient toucher des redevances sur les richesses naturelles

EDMONTON – Les peuples autochtones devraient toucher une partie des recettes de l’exploitation des richesses naturelles qui se trouvent sur leurs territoires, conclut un groupe de travail formé par Ottawa et l’Assemblée des Premières Nations (APN).

Dans son rapport déposé mardi, le Groupe de travail sur l’exploitation des ressources naturelles estime qu’un partage des recettes serait une formule pratique et stable pour redistribuer aux communautés autochtones une partie des bénéfices tirés des secteurs de l’énergie et des mines.

«Dans l’immédiat, nous encourageons fortement le gouvernement fédéral ainsi que les provinces et les territoires à se réunir avec les Premières Nations pour étudier les options de partage des recettes issues de l’exploitation des ressources», lit-on dans le rapport du Groupe de travail. «Cette discussion a pris beaucoup de retard et nécessite une intervention immédiate afin d’apporter plus de prévisibilité à l’exploitation des ressources naturelles du Canada et d’établir une voie vers l’indépendance à long terme des Premières Nations.»

Le groupe — formé de deux membres désignés par le gouvernement fédéral et de trois membres nommés par l’APN — a été constitué en décembre 2013, à la suite d’une rencontre entre le premier ministre Stephen Harper et le chef de l’APN d’alors, Shawn Atleo.

Le rapport recommande aussi que les Autochtones participent activement aux discussions entourant le développement des ressources naturelles présentes sur leurs propres territoires, au lieu de se contenter de commenter des décisions déjà prises par d’autres.

«Actuellement, nous sommes prévenus à la onzième heure (…) lorsque le feu vert a déjà été donné», a déploré un des trois coprésidents du groupe, Cameron Alexis, chef régional de l’APN de l’Alberta. «Nous voulons être impliqués dans les projets dès le départ.»

Selon M. Alexis, la plupart de ces recommandations visent à assurer aux Autochtones une participation active dans les investissements pour l’exploitation des ressources naturelles, qui pourraient atteindre, selon Ottawa, 675 milliards $ au cours des dix prochaines années. Le partage des redevances donnerait aux Autochtones les moyens de devenir partenaires dans les projets d’exploitation des ressources naturelles, a-t-il indiqué.

Le Groupe de travail recommande aussi que les Autochtones puissent tisser des liens avec les multinationales étrangères afin de les informer de leurs réalités particulières.

Le président de l’Association minière du Canada, Pierre Gratton, a indiqué mardi que les membres étaient divisés sur le partage des revenus: certains croient que les redevances, qu’ils versent déjà, bénéficieraient ainsi aux communautés locales, alors que d’autres craignent que l’arrivée d’un nouveau joueur dans l’équation se traduise par une augmentation des redevances.

Le rapport final et les recommandations du Groupe de travail sur l’exploitation des ressources naturelles ont été présentés au ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord, Bernard Valcourt, qui n’a pas voulu commenter immédiatement, mardi.

Le Groupe de travail est aussi coprésidé par Douglas Turnbull, vice-président de Valeurs mobilières TD, et par Roger Augustine, chef régional de l’APN pour le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard, et président du comité des chefs de l’APN pour le développement économique. Les deux autres membres du Groupe de travail sont Patrick McGuinness, qui a occupé des postes de direction pour diverses entreprises, et Richard Nerysoo, premier Autochtone à occuper les fonctions de premier ministre des Territoires-du-Nord-Ouest, en 1983.

Laisser un commentaire