Les conditions salariales des diplômés du secondaire se sont améliorées

MONTRÉAL – Les jeunes qui ont complété des études secondaires gagnent mieux leur vie qu’auparavant, selon Statistique Canada.

Il s’agit là de l’une des conclusions principales d’une étude dévoilée lundi et portant sur les diplômés canadiens des années 2000-2002 à 2010-2012.

Pendant cette période, les hommes de 20 à 34 ans ayant terminé leur secondaire et occupant un emploi à temps plein ont vu leur salaire horaire réel moyen progresser de 9,0 pour cent, alors que chez leurs consoeurs, il a bondi de 11 pour cent.

Ces progrès sont largement attribuables au boom pétrolier qui a, d’après Statistique Canada, stimulé la demande pour «des travailleurs ayant un faible degré de scolarité».

Pendant que la rémunération de cette catégorie de main-d’oeuvre progressait, la situation salariale de plusieurs titulaires d’un diplôme universitaire, elle, stagnait, ou s’améliorait de manière plus modeste.

Chez les hommes bacheliers, le salaire obtenu pour chaque heure passée au boulot n’a pas connu de hausse pendant la période à l’étude. Leurs consoeurs ont, quant à elles, dû se contenter d’une augmentation de 5,0 pour cent sur ces 10 ans.

Dans ce contexte, les écarts salariaux entre les diplômés du secondaire et les détenteurs de baccalauréat se sont donc rétrécis.

Le président de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec, Laurent Matte, se réjouit de la tournure des événements.

Il juge que les données venant d’être publiées vont vraisemblablement «encourager les jeunes à faire des choix qui partent de leurs aspirations et de leurs forces et pas uniquement du chiffre du salaire moyen d’une occupation».

Il ajoute que le mythe voulant qu’il soit «absolument nécessaire d’aller à l’université pour réussir (financièrement) est un petit peu déboulonné».

Pourtant, il est toujours difficile de convaincre bien des élèves qu’ils n’ont pas nécessairement besoin de s’asseoir sur les bancs d’un tel établissement d’enseignement supérieur pour avoir éventuellement droit à des conditions salariales enviables.

La présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Josée Bouchard, soutient que plusieurs élèves se font encore tirer l’oreille pour acquérir une formation au secondaire visant à leur permettre d’évoluer dans des domaines comme le secrétariat, les ventes ou encore la construction.

Elle se désole d’entendre encore régulièrement les jeunes affirmer que ceux qui se dirigent vers ces secteurs professionnels et techniques «n’ont pas de capacités et ne sont pas intelligents».

Mme Bouchard estime qu’il est extrêmement laborieux de se débarrasser de ces idées préconçues puisque de nombreux parents contribuent à alimenter de tels préjugés lorsqu’ils discutent d’avenir avec leur enfant.

À son avis, dans notre société, la valeur des études supérieures est parfois «surestimée», puisque le cheminement scolaire universitaire «n’est pas nécessairement pour tout le monde».

«Il y a beaucoup de jeunes qui mériteraient de réaliser leur épanouissement à travers un métier», conclut-elle.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie